Publié le 31 Mai 2021

Jeudi 31 mai 1951 - brider la faux

Forte pluie le matin assez belle soirée

Le matin j'ai bridé une faux, le soir suis allé à Villefranche chercher 50kg de chaux pour les vignes 450 f

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 30 Mai 2021

Mercredi 30 mai 1951 - les deux faucheuses

Ciel couvert quelques gouttes de pluie tout le jour et forte pluie le soir

Le matin avons déchargé les trois charrettes de fourrage le soir avons coupé du fourrage au champ du pailler avec les deux faucheuses et avons sarclé les pommes de terre et ébourgeonné les 900 jeunes plants.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 29 Mai 2021

Photo et légendes : Aimé Boyer

Photo et légendes : Aimé Boyer

Aujourd'hui, Aimé Boyer partage avec nous ses savoirs concernant les charrettes, un outil du quotidien indispensable à la métairie.

 "Les grandes roues : elles permettent au plateau d’être presque horizontal avec le joug. Pour un chargement équilibré, le timon ne doit pas tirer le joug vers le bas ni le relever d'ailleurs.

Les ridelles (las telièras) : posées en glissant dans les gorges le long de l’arbalétrier qui forment entre les deux comme une caisse ouverte (carelleit)

Les échelettes (las escaletas) : posées à chaque bout du plateau, elles forment entre les ridelles un espace libre (les cambartels)

Chargements divers: Sans rien modifier, on en peut charger qu'avec difficulté des comportes, des barriques, des betteraves, des citrouilles, du fumier. Et ne parlons pas des difficultés de déchargement de la caisse.

Chargement de fourrage et de gerbes : on pose sur les cambartels un râtelier qui s’aligne sur l’extrémités des roues. Quant le chargement arrive au niveau des ridelles, on pose un grand râtelier qui passe au dessus des roues et ainsi, on arrive à faire un chargement respectable. Mais en prenant beaucoup de précautions car si les champs étaient plats tout irait bien. Hélas c’est rarement le cas et quand la charrette tourne vers l’autre pente du champs, il y a un réel danger de retournement.

Les plis (les plecs) : j’ai vu des chargeurs faire des plis à la sorties de échelettes. Le donneur fait une fourchée large et plate qu’il envoie sur la charrette, et par une rotation du corps et de la fourche, pour que cette fourchée arrive bien à plat sans être emmêléeLe chargeur prend à bras le corps cette fourchée et l’enroule comme un cornet de glace. La pousse à ras bord du chargement avant ou arrière, coince avec le pied, pose une fourchée sur la côte bien tassée. Il fait ensuite la même chose de l’autre côté et termine par une ou deux fourchées au milieu du chargement, bien tassé."

 

Ce post fait partie de la série sur le Lauragais agricole d'autrefois. Vos contributions seront les bienvenues comme rappelé dans ce post-ci : Ecrivons ensemble le Lauragais agricole d'autrefois (cliquer dessus)

Pour retrouver facilement ces posts et les voir dans leur ensemble vous pourrez cliquer sur la nouvelle catégorie du blog : Lauragais agricole d'autrefois ou sur l'onglet en haut de page. Ils seront également écrits en bleu pour les distinguer des posts du quotidien de la vie d'Emile.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #Lauragais agricole d'autrefois

Repost0

Publié le 29 Mai 2021

Mardi 29 mai 1951 - trois charrettes de fourrage

Vent marin orageux - Le matin avons coupé le fourrage des deux champ du lotier 

Le soir avons chargé trois charrettes de fourrage au ruisseau 

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 28 Mai 2021

Lundi 28 mai 1951 - les passages au fourrage

Beau temps chaud - Le matin avons fait les passages au fourrage du grand champ. Avons étendu celui du ruisseau et aux frênes et coupé au grand champ avec les deux faucheuses. Ramassé le haut des frênes

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 27 Mai 2021

Dimanche 27 mai 1951 - les brasses pour les boeufs

Pluie jusqu'à midi

Le matin j'ai fait deux brasses pour boeuf. Le soir Rose Tesseyre d'Esthète est venue souper ici.

Dans la marge : J'ai 46 ans aujourd'hui Durand Jean à La Bousquière

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 26 Mai 2021

Samedi 26 mai 1951 - quatre boeufs tondus

Forte pluie de cinq heures à midi

J'ai tondu quatre boeufs et avons nettoyé l'étable. Le soir j'ai nettoyé le fossé qui descend au pré, eux ont tiré des liens de fil de fer

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 25 Mai 2021

Lauragais d'antan : les vendanges à la métairie

Septembre 1952 - Les vendanges de la borde sont un moment essentiel de l'année. Entre les rangées, s'affairent les cueilleurs. On espère que la vendange sera bonne, c'est le vin familial de toute l'année qui en dépend. Pourtant, ce jour-là, un seul sujet les préoccupe, ce qu'il s'est passé En Peyre la veille : un événement terrible qui glace le sang de tous... et la journée réserve d'autres surprises...

 

Un nouvel épisode de Ceux de la Borde Perdue à retrouver ici :

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Repost0

Publié le 25 Mai 2021

Vendredi 25 mai 1951 - l'avoine fourragère pour les vaches

Temps lourd orageux - Le matin j'ai fini de passer la canadienne à la jeune vigne et la houe aux pommes de terre. Camille a fini de labourer le peu de terre où était l'avoine fourragère pour les vaches au champ du hangar. Le soir avons ramassé le fourrage du ruisseau et aux frênes. Avons planté 600 oignons

Rajouté dans la marge : Mort de la fille de Maurice I à 10 mois

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 24 Mai 2021

Jeudi 24 mai 1951 - la houe et le maïs

Vent marin plus modéré

Le matin j'ai passé la canadienne à la vigne jeune le soir. J'ai passé la houe au maïs du champ des aygalots. Camille et papa ont coupé le fourrage du champ des frênes

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 23 Mai 2021

Mercredi 23 mai 1951 - le fourrage

Vent marin très fort. Avons coupé le fourrage du ruisseau et du champ des frênes 

Le soir moi j'ai labouré au champ du hangar au fourrouch (?)

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Repost0

Publié le 22 Mai 2021

Photo B.Alasset

Photo B.Alasset

Les occitanismes sont ces tournures ou ces mots occitans qui se sont glissés dans la langue française de notre quotidien dans le Lauragais et bien plus largement en Occitanie. Certains noms et verbes se sont ainsi francisés. 

Nous commencerons par les inénarrables poches ou sacous (de l'occitan pocha et sacon) qui remplacent facilement les sacs ou sachets de courses que l'on dépose non pas dans le coffre mais dans la malle (mala) de la voiture.

Dans notre quotidien on a souvent les cheveux qui quillent (se dressent, sont ébouriffés, ou avec un épi ; de l'occitan quilhar). 

En Occitanie, le dîner (dinnar) est bien souvent encore le repas de midi quand le petit-déjeuner est le déjeuner (dejunar) et le repas du soir le souper (sopar). Dans les carnets d'Emile, quand le métayer parle des activités menées dans les champs le soir, il s'agit de l'après-midi.

La bise, désormais proscrite par les gestes barrière, reste dans nos échanges courants le célèbre poutou (poton) et a donné les verbes poutouner ou poutounéjer (de potonar et potonejar) pour s'embrasser.

Quand on se fâche ici, quand on râle, on répoutègue (repotegar), on roumègue(romegar) et surtout on bisque (biscar). 

On qualifie d'estequit quelqu'un de chétif.

Un sol, une toile cirée où ont été renversés des aliments ou des boissons pèguent(de pegar, coller). Même chose quand ça empègue (empegar) mais quand on s'empègue, cela peut aussi vouloir dire qu'on se confronte ou qu'on se dispute. Dans ce cas, amòrri, piòt, piròl, padena sont souvent préférés à imbécile ou idiot.

Notons qu'on s'espatarre (s'espatarrar) plus qu'on ne tombe, et que souvent au lieu d'être écrasées les choses sont escagassées (escagassar) ou espouties (espotir).

(à suivre...)

 

Si vous connaissez d'autres expressions ou tournures occitanes qui sont venues se glisser dans notre langue quotidienne, n'hésitez pas à me les adresser. Nous complèterons ce post ensemble au fur et à mesure. Vous pouvez m'écrire à lauragais@lescarnetsdemile.fr 

Ce post fait partie de la série sur le Lauragais agricole d'autrefois. Vos contributions seront les bienvenues comme rappelé dans ce post-ci : Ecrivons ensemble le Lauragais agricole d'autrefois (cliquer dessus)

Pour retrouver facilement ces posts et les voir dans leur ensemble vous pourrez cliquer sur la nouvelle catégorie du blog : Lauragais agricole d'autrefois ou sur l'onglet en haut de page. Ils seront également écrits en bleu pour les distinguer des posts du quotidien de la vie d'Emile.

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #Lauragais agricole d'autrefois

Repost0

Publié le 22 Mai 2021

Mardi 22 mai 1951 - le verrat

Beau temps chaud - Le matin avons fini d'étricer la vigne vieille. Le soir avons fini d'y passer la herse. Moi suis allé mener la truie au verrat à Metchou. Payé 400 f.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 21 Mai 2021

Lundi 21 mai 1951 - le champ des aygalots

Beau temps chaud

Le matin avons fini de débroussailler le fossé du champ des aygalots, le soir avons coupé l'avoine fourragère des vaches et avons continué à tirer les mottes de terre entre les souches à la vigne vieille

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 20 Mai 2021

Dimanche 20 mai 1951 - une fête et des ravenelles

Beau temps rosée assez froid

Le matin avons soufré les vignes. Camille sa mère et Paulette son allés dîner à la Chartreuse à l'occasion d el fête de la Mutuelle 

Après dîner suis allé chez Mandou régler 55 74 kg de paille à 2,75. Il m'a payé 15328 f.

En arrivant suis allé arracher des ravenelles aux fèves

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 19 Mai 2021

Lauragais d'antan : un enterrement
Ceux de la Borde Perdue ou la vie des métayers dans les années 50 au coeur de l'Occitanie dans le Lauragais
Au mariage succède un enterrement et des événements qu'on n'attendait pas... ces soubresauts du destin qui viennent compliquer des vies de labeur déjà bien occupées... Chapitre 2 à découvrir ici
 
#lauragais #occitanie #agriculture #édition #roman

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Repost0

Publié le 19 Mai 2021

Samedi 19 mai 1951 - les broussailles

Ciel couvert et pluie par moments

Avons continué à nettoyer, couper les broussailles au bois derrière la maison

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Repost0

Publié le 18 Mai 2021

Papillons en Lauragais (3) : la Belle-Dame

Claude Bouche est un passionné de photographie et d'entomologie. Il arrête son objectif sur les insectes qu'il croise dans le Lauragais et notamment les papillons.

Nous vous proposons d'en découvrir quelques-uns au fil de billets postés ici.

Aujourd'hui, nous découvrons la Belle-Dame autrement appelée Vanesse des chardons.

C'est un papillon très répandu dans le monde et notamment en Afrique du Nord et Sud de l'Europe dont les adultes peuvent migrer jusqu'en Europe du Nord. La période d'observation s'étire d'avril à septembre.

C'est un papillon aux ailes brun clair avec des taches noires et blanches qui aime les lieux découverts et fleuris. Comme l'un de ses noms l'indique il est friand de chardons mais il ne déteste pas non plus les orties, la lavande, la mauve ou la bardane.

Un grand merci à Claude pour le partage de son travail avec les lecteurs des Carnets d'Emile.

A bientôt pour la découverte d'un nouveau papillon

Merci de ne pas utiliser ces photographie sans autorisation de leur auteur.

Papillons en Lauragais (3) : la Belle-Dame
Papillons en Lauragais (3) : la Belle-Dame
Papillons en Lauragais (3) : la Belle-Dame

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #Papillons en Lauragais

Repost0

Publié le 18 Mai 2021

Vendredi 18 mai 1951 - des lapins et des pigeons

Ciel couvert et pluie douce presque tout le jour

J'ai continué à couper des buissons au bois derrière la maison. Camille et Paulette sont allés à Villefranche vendre des lapins à 800 f et des pigeons à 400 f. Emile de la Chartreuse est venu se faire tailler les cheveux.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 17 Mai 2021

Jeudi 17 mai 1951 - des ondées

Pluie dans la nuit et quelques ondées le jour

Avons nettoyé le fond du boid de derrière la maison

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 16 Mai 2021

Les Carnets d'Emile dans le Trait d'Union Paysan

Ces dernières semaines, le Trait d'Union Paysan a consacré plusieurs articles aux Carnets d'Emile. Outre la présentation du blog, plusieurs articles se sont arrêtés sur l'agriculture d'autrefois : vie à la métairie, confinements dans les années 50, travaux à l'heure de la mécanisation...

Mes remerciements à Laure Serres, Pierre Capdeville pour leur écoute attentive et leur intérêt pour le Lauragais d'antan.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #Presse, Médias, Interventions

Repost0

Publié le 16 Mai 2021

Mercredi 16 mai 1951 - Fine rend visite

Vent d'ouest froid et brumeux

Avons hersé la vigne vieille. Fine est allée en Estève

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Repost0

Publié le 15 Mai 2021

Lauragais d'Autrefois (129) : Les 5 ans des Carnets d'Emile

Il y 5 ans tout juste, le 15 mai 2016, paraissait le premier billet des Carnets d'Emile. Ainsi ce billet est le 2083e qui paraît.

L'emploi du temps d'un métayer du Lauragais consigné jour après jour dans des carnets trouvait ainsi par la voie du blog une façon de faire écho à notre passé rural commun. Les événements se déroulent dans les années 50.

Mon grand-père - qui ne se nommait pas Emile mais Camille en réalité - et mon arrière grand-père - Jean - se sont astreints à cet exercice tout au long de leur carrière dans les différentes bordes qu'ils ont travaillées (deux en tout et pour tout). Ces carnets constituaient de véritables outils de travail pour conserver la mémoire des tâches réalisées et des événements familiaux.

De ces cahiers émane une vie au rythme des saisons, ponctuée par l'arrivée progressive des progrès agricoles. 

Depuis 2019, lorsque j'ai lancé un appel à contributions, le blog est devenu participatif :

https://www.lescarnetsdemile.fr/2019/07/ecrivons-ensemble-le-lauragais-agricole-d-autrefois.html

Grâce à vos témoignage nombreux et aux documents d'époque que vous m'avez adressés, c'est tout un pan de cette mémoire rurale que nous faisons revivre ensemble dans la page le Lauragais d'autrefois. On y découvre au fil des semaines des modes de vie, des traditions oubliées, des techniques de travail, des outils, des dictons occitans et tant encore...

Je remercie sincèrement  Aimé, Berthe, Paulette, Jean, Jean-Claude, Claude, Marilys, Laure, Christiane, Jean-François et tant d'autres contributeurs encore pour leur fidélité et le partage de ce trésor.

Dans les prochaines semaines, nous découvrirons les souvenirs culinaires de Berthe, des événements relatifs à la guerre et bien d'autres choses encore.

N'hésitez pas à m'adresser pour publication vos témoignages, photos, documents pour que nous continuions ensemble ce travail de mémoire paysanne ( mail : lauragais@lescarnetsdemile.fr

Depuis près d'un an maintenant c'est une fiction qui est née de ce matériau historique : Ceux de la Borde Perdue. Ce webroman feuilleton qui se déroule au coeur du Lauragais des années 50 rend hommage à ces vies âpres d'autrefois. La saison 2 vient ainsi de débuter le 12 mai.

Merci pour votre fidélité à ce blog et bon anniversaire aux Carnets d'Emile ! 

Sébastien

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Repost0

Publié le 15 Mai 2021

Mardi 15 mai 1951 - les buissons et le fossé

Vent d'ouest frais - avons coupé des buissons au bois derrière la maison et nettoyé le fossé au champ du lotus 

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 14 Mai 2021

Lundi 14 mais 1951 - la herse et la vigne jeune

Vent d'ouest assez fort avec deux petits orages le soir et un peu de pluie

Le matin avons passé la herse à la vigne jeune. Le soir avons sorti des mottes de terre entre les souches de la vigne vieille.

Suis allé aider Jules Berger et Noël Castanet de Belair à déterrer un renard femelle que nous avons tué au haut du champ de St Jean au dessus du Matelot.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0