Publié le 22 Février 2021

Jeudi 22 février 1951 - ventiler le maïs

Vent d'ouest assez fort pluie dans la nuit

Gaston Lanegrasse est venu pour ventiler le maïs 55 sacs vendus à Vaissal de Caraman 40 le kg. Marie ma soeur est venue, elle a couché ici. Yves est allé aider à tuer le cochon à la Courège chez Jaseraud.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 21 Février 2021

Mercredi 21 février 1951 - le cochon à St Jean

Rafales de vent d'ouest avec pluie

Je suis allé avec Fine aider à tuer le cochon 220 kg  à St Jean

Camille a continué à tailler la vigne vieille.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 20 Février 2021

photo coll.Nardèse

photo coll.Nardèse

 A la métairie, les occasions de jeux pour les enfants étaient multiples. Les plus grands, en âge d'aider, se voyaient confier des tâches dans les champs ou pour le soin des animaux ou encore des tâches domestiques. Lorsque la famille était nombreuse, les aînés veillaient souvent sur les cadets surtout lorsque les gros travaux accaparaient les parents à certaines périodes de l'année. Berthe se souvient de son enfance dans les années 50 à la métairie :

"En ce qui concerne les jeux des enfants de tous les jours, ce n'était pas très compliqué les aînés veillaient sur les plus petits, on jouait beaucoup avec les animaux domestiques, les chiens en particulier, à la corde à sauter, à la marelle, au ballon, on faisait du vélo. Les filles jouaient avec une dinette souvent agrémentée de bouts de vaisselle cassée, d'une vieille casserole, de vieux couverts, avec de l'herbe, des graines, de la terre qui étaient les denrées alimentaires !

A l'intérieur on jouait beaucoup aux petits chevaux, au jeu de l'oie, aux dames ou aux cartes surtout avec les grands frères et le papa. On avait de petits trésors que l'on trouvait dans la fameuse lessive "Bonux".

On lisait aussi les premiers livres de la bibliothèque rose, les livres de classe ou l'on découvrait la géographie, les sciences naturelles. Les grandes soeurs apprenaient à la plus petite à broder ou à tricoter et même à faire de la pâtisserie. C'était un quotidien simple, sans beaucoup de moyens... mais qu'est ce qu'on était heureux en famille le soir au coin du feu avec une poêlée de châtaignes grillées !"

 

Merci à Berthe - et à sa famille - pour ses souvenirs et les photos, formidables témoignages de la vie à la borde autrefois.

Ce post fait partie de la série sur le Lauragais agricole d'autrefois. Vos contributions seront les bienvenues comme rappelé dans ce post-ci : Ecrivons ensemble le Lauragais agricole d'autrefois (cliquer dessus)

Pour retrouver facilement ces posts et les voir dans leur ensemble vous pourrez cliquer sur la nouvelle catégorie du blog : Lauragais agricole d'autrefois ou sur l'onglet en haut de page. Ils seront également écrits en bleu pour les distinguer des posts du quotidien de la vie d'Emile

 

 

Lauragais d'antan (117) : jeux d'enfants à la borde
Lauragais d'antan (117) : jeux d'enfants à la borde
Photos coll. Nardèse

Photos coll. Nardèse

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #Lauragais agricole d'autrefois

Repost1

Publié le 20 Février 2021

Mardi 20 février 1951 - une foire à Montmaur

Vent marin

Avons continué à tailler la vigne vieille. Camille et Paulette sont allés à la Foire de Montmaur. Fine aussi

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 19 Février 2021

Lundi 19 février 1951 - faire un panier

Pluie le matin. J'ai fait un panier. Le soir avons continué à tailler la vigne vieille.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 18 Février 2021

Dimanche 18 février 1951 - du monde à dîner

Pluie légère presque tout le jour

Philippe Sacaze de Naudet son gendre sa fille et Alain et Martine ses petits sont venus.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 17 Février 2021

Samedi 17 février 1951 - la vigne vieille

Temps doux ciel mi-couvert

Avons commencer à tailler la vigne vieille

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 17 Février 2021

photo coll. Nardese

photo coll. Nardese

Juillet 1952 - les gerbiers s'élèvent dans la cour de la borde jusqu'à en donner le vertige. Il faudra attendre le passage de la batteuse. Mais jusqu'à quand ?
Les tourments se révèlent aussi. Qui a dit que, parfois, les choses sont moins pénibles au soleil ?
Un nouvel épisode de Ceux de la Borde Perdue

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Repost1

Publié le 16 Février 2021

Vendredi 16 février 1951 - les pigeons du marché de Villefranche

Beau temps

Avons fini de clôturer le jardin

Fine et Paulette sont allées à Villefranche vendre des pigeons à 400 F la paire

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 15 Février 2021

Jeudi 15 février 1951 - la clôture du jardin

Beau temps

Avons commencé à clôturer le jardin.

Le soir avons fait douze claies aux ormeaux du fond du jardin 

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 14 Février 2021

Mercredi 14 février 1951 - les ravenelles du plantier

Beau temps 

Le matin avons fini d'égrener le maïs du patron

le soir avons semé un autre sac de pommes de terre et arraché les ravenelles du plantier de la vigne

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 13 Février 2021

Photo coll.Nardèse

Photo coll.Nardèse

Le mois de février est déjà bien installé, voilà qui nous donne l'occasion de passer en revue quelques dictons et proverbes qui le concernent.

C'est le mois le plus court de l'année qui, les années ordinaires, commence le même jour de la semaine que mars et novembre. Au cours des années bissextiles, il commence le même jour de la semaine que le mois d'août.

Il tient son nom du latin Februarius, dernier mois du calendrier romain au cours duquel avait lieu les rites du purification universelle comme les Lupercales (13 au 15 février).

Mais revenons à l'occitan...

  • Nèu de febrièr es coma d'aiga dins un panièr, se s'ajoca coa coma una cloca

La neige de février est comme de l'eau dans un panier, si elle s'installe elle couve comme une glousse.

  • Al mes de febrièr, la nèu cocha pas sul fumièr.

La neige de février ne passe pas la nuit sur le tas de fumier.

  • Val plan pauc le mes de febrièr se fa pas florir l'ametlièr 

Il ne vaut pas grand chose le mois de février s'il ne fait pas fleurir l'amandier

  • Se trona al mes de febrièr, cal metre las barriras al solièr

S'il tonne au mois de février, il faut mettre les barriques au grenier.

  • Se febrièr plora, abrial ris

Si février pleur, avril rit

  • Febrièr es mes gatièr mas gat miaulaire es pas cassaire

Février est le mois des chats mais chat miauleur n'est pas chasseur.

Si vous connaissez d'autres dictons, expressions ou proverbes sur ce thème, n'hésitez pas à me les adresser. Nous complèterons la petite collection de ce post ensemble au fur et à mesure. Vous pouvez m'écrire à lauragais@lescarnetsdemile.fr 

Merci à Berthe pour les photos formidables.

Ce post fait partie de la série sur le Lauragais agricole d'autrefois. Vos contributions seront les bienvenues comme rappelé dans ce post-ci : Ecrivons ensemble le Lauragais agricole d'autrefois (cliquer dessus)

Pour retrouver facilement ces posts et les voir dans leur ensemble vous pourrez cliquer sur la nouvelle catégorie du blog : Lauragais agricole d'autrefois ou sur l'onglet en haut de page. Ils seront également écrits en bleu pour les distinguer des posts du quotidien de la vie d'Emile

 

Photo coll.Nardèse

Photo coll.Nardèse

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #Lauragais agricole d'autrefois

Repost1

Publié le 13 Février 2021

Mardi 13 février 1951 - le maïs du patron

Beau temps. Avons travaillé tout le jour à égrener le maïs du patron Gaston et Marcellin Fauré sont venus

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 12 Février 2021

Lundi 12 février 1951 - des pommes de terre

Vent marin pluie dans la nuit - Avons préparé et semé quelques pommes de terre à côté de la vigne. Mort de la mère de Cruzel du Parc.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 11 Février 2021

Dimanche 11 février 1951 - mettre au point un système
Dimanche 11 février 1951 - mettre au point un système

Beau temps

Vent marin léger

J'ai monté un système pour tirer les liens de fil de fer. Le soir j'ai mis des buissons sur la garenne du puits neuf. Camille Puget est venu souper. 

Emile de la Chartreuse est revenu aujourd'hui de la Clinique de Castelnaudary.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 10 Février 2021

Merci à Aimé Boyer pour la photo

Merci à Aimé Boyer pour la photo

Juillet 1952 - le soleil luit sur les champs d'orge et de blé mûrs. La faucheuse fait sont oeuvresur les coteaux du Lauragais , les moissons sont enclenchées... Un rude travail qui va s'inscrire sur des semaines et des semaines... Pour se replonger dans les moissons d'antan, suivez ce nouvel épisode de Ceux de la Borde Perdue

 

#occitanie #lauragais #agriculture #histoire #roman #édition

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Repost1

Publié le 10 Février 2021

Samedi 10 février 1951 - Egrener le maïs

Vent marin très fort 

Avons égrené le maïs avec le moulin à vent et fait de la farine en même temps

Samedi 10 février 1951 - Egrener le maïs

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 9 Février 2021

Vendredi 9 février 1951 - deux paniers d'osier

Pluie le matin belle soirée

J'ai fait deux paniers. Camille et Yves ont continué à couper des buissons au grand bois. Paulette est allée à Villefranche vendre 4 pigeons 700 f. Eugène du château des Bourrels  est venu à la veillée se faire tailler les cheveux. 

yves est allé à Segadennes mener la vache vieille au taureau pour la 2e fois.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 8 Février 2021

Jeudi 8 février 1951 - pour monsieur le curé
Jeudi 8 février 1951 - pour monsieur le curé

Beau temps chaud vent d'autan à la nuit.

Le matin avons désinfecté le poulailler

Le soir suis allé à Avignonet porter le maïs deux cinquièmes un cinquième de blé huit litres de vin à Monsieur le curé Sécurat

Je suis passé à Villefranche pour porter 50 kg de pommes de terre que j'ai payé à la Coopérative 1500 francs

Eux ont continué à couper des buissons au grand bois.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 7 Février 2021

Mercredi 7 février 1951 - un orage de grêle

Beau temps orage de grêle à 3 heures

Avons continué à couper des buissons au grand bois. Le soir suis allé à Villefranche acheter des pommes de terre à 50 F le kg.

Camille et Paulette sont allés à Castelnaudary voir Emile

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 6 Février 2021

Mardi 6 février 1951 - Ramasser l'osier

Gelée beau temps vent marin léger le soir

Le matin j'ai ramassé l'osier. Le soir j'ai coupé des buissons au bois. Joséphine est allée à Castelnaudary voir Emile

Mort de Rivals de St Laurent

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 6 Février 2021

coll.Sébastien Saffon

coll.Sébastien Saffon

Dans la cour des métairies et fermes lauragaises, il y avait toujours un chien. Indispensable, Aimé se souvient pour nous des qualités du meilleur ami de l'homme à la borde 

"Voilà un animal, qui avait sa place dans la vie de la ferme, surtout le chien de bétail.

Ce n’étaient jamais des chiens de grande race. Ils étaient de couleurs variées, petits, grands, oreilles droites ou retombantes, queue en panache ou non… 

Vu l’importance de son rôle, il y avait beaucoup de transactions pour avoir un bon chien. Le bouche à oreille fonctionnait bien.

Lorsqu’on vous donnait un chien, il ne se monnayait pas, on procédait par échanges ou dons de semences, de légumes, fruits, gibier,etc…

Le chien de bétail était indispensable. Il devait réagir rapidement aux ordres donnés par la voix ou le geste particulièrement. 

Quand les vaches avaient un veau, elles étaient plus gourmandes surtout pour le maïs. 

Outre ses qualités de berger, il pouvait aussi être un bon chasseur, très utile.

Ils avaient des noms comme Tambour, Finette, Trompette et j’en passe, bien sûr comme les incontournables Médor, Taillot, Fanfare, etc…

La nuit, le chien dormait dans l’étable avec le troupeau. Le jour quand il ne travaillait pas, il était très souvent dans la cuisine et bien-sûr tout ce qui tombait était pour lui. A la fin du repas, il avait droit à une tranche de pain tirée de la marque.

Sa nourriture bien souvent était la même que celle des gens de la maison. Dans la journée, il se couchait à l’ombre ou sous le hangar. 

Outre ses compétences de gardien de troupeau, il était aussi un bon gardien de la maison. Quelques fois agressif, surtout en direction des gens en tenue : le facteur, les gendarmes, quand ils venaient, rarement… Il aboyait aussi quand il sentait le passage du renard ou celui d’un chien errant etc…

Pour l’anecdote, nous avions un cousin qui avait trouvé l’âme sœur près de Blagnac. Il allait donc, quand les travaux de la ferme le permettaient, à vélo, retrouver sa promise à plus de 60 kilomètres de chez nous, souvent le dimanche car on ne travaillait pas ni n’attelait les animaux.

Quelques temps avant le mariage il a pris avec lui un chien de bétail pour le donner à ses futurs beaux-parents. Le chien l’a donc suivi sans problème jusque chez eux.

Notre brave cousin a dormi là-bas mais le matin, au réveil plus de chien… Tout le monde a cherché partout autour de la ferme mais le chien avait bel et bien disparu.

Quand notre cousin est arrivé chez lui, le chien l’attendait devant la porte, tout heureux le voir rentrer."

Mes remerciements sincères et chaleureux à Aimé pour ce nouveau témoignage et le partage de ses souvenirs.

Ce post fait partie de la série sur le Lauragais agricole d'autrefois. Vos contributions seront les bienvenues comme rappelé dans ce post-ci : Ecrivons ensemble le Lauragais agricole d'autrefois (cliquer dessus)

Pour retrouver facilement ces posts et les voir dans leur ensemble vous pourrez cliquer sur la nouvelle catégorie du blog : Lauragais agricole d'autrefois ou sur l'onglet en haut de page. Ils seront également écrits en bleu pour les distinguer des posts du quotidien de la vie d'Emile.

coll. S.Saffon

coll. S.Saffon

coll.S.Saffon

coll.S.Saffon

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Repost1

Publié le 5 Février 2021

Lundi 5 février 1951 - des nouvelles du convalescent

Pluie dans la nuit beau temps tonnerre le soir

Sommes allés tuer le cochon à Roou Camille Paulette Joséphine et moi

Joséphine est allée à Montmaur voir ce que fait Emile

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 4 Février 2021

Jean, l'auteur de ces lignes, et son moulin

Jean, l'auteur de ces lignes, et son moulin

Dimanche 4 février 1951 - les dîners du dimanche

Vent d'autan fort avec quelques gouttes de pluie à la nuit

J'ai fait de la farine avec le moulin à vent. Camille et Paulette sont allés dîner à Pedebale Mas Ste Puelle chez Alfred et Albertine Cazeneuve qui ont tué le cochon.

Pierre Durand mon cousin de Mayence de Montmaur est venu dîner.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Repost0

Publié le 3 Février 2021

photo Coll. J-C Rouzaud (avec mes remerciements)

photo Coll. J-C Rouzaud (avec mes remerciements)

1952 - Avant de laisser entrer la faucheuse dans les champs à moissonner, on "faisait les passages" pour laisser les boeufs avancer avec l'outil. A la faux, on couchait ainsi les céréales du tour du champ... L'occasion, pendant que les faux murmuraient, d'échanger sous la chaleur de juillet... #Lauragais #Occitanie

Un nouvel épisode de Ceux de la Borde Perdue

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Repost1