Publié le 19 Décembre 2021

Mercredi 19 décembre 1951 - labour toujours

Même temps - Avons fini d'approcher les bords pour le maïs au fond du grand champ . Le soir commencé de la bouder la vigne vieille avec les deux charrues.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 18 Décembre 2021

Photo coll. Nardèse

Photo coll. Nardèse

L'hiver est à nos portes, Noël n'est plus très loin. Voici quelques dictons de saisons.

Information préalable : amis lecteurs, vous retrouverez ici dans quelques jours pour la première fois un conte de Noël lauragais intitulé "Le Noël de l'autan". Surveillez les publications pour retrouver cette histoire aux parfums d'autrefois...

  • Quand Nadal se solelha, Pascas crama la lenha

Quand Noël est ensoleillé, Pâques brûle le bois

  • Per Nadal, les jorns creissan d'un pas de gal

Pour Noël, les jours s'allongent d'un pas de coq

  • Plèja per Nadal, solelh pels Rampalms 

Pluie à Noël, soleil aux Rameaux

  • Per Nadal, cajun dins son ostal

Pour Noël, chacun dans sa maison (dans sa famille)

  • L’ivèrn es pas bastard s'arriba pas d'ora arriba tard.

L'hiver n’est pas bâtard, s'il n'arrive pas de bonne heure, il arrive tard.

  • Quand les corbasses son a l'ensús, l'ivèrn nos tomba dessus ; quand les corbasses son a l'enbàs, l'ivèrn es passat

Quand les corbeaux volent haut, l'hiver nous tombent dessus, quand les corbeaux volent bas, l'hiver est fini

(Mise à jour) Envoi de Guy Serres

  • Tal jorn Nadal tal jorn Cap de l'an.

Le jour de Noël est le même que celui du Jour de l'An

Si vous connaissez d'autres dictons, expressions ou proverbes sur cette période de l'année, n'hésitez pas à me les adresser. Nous complèterons la petite collection de ce post ensemble au fur et à mesure. Vous pouvez m'écrire à lauragais@lescarnetsdemile.fr 

Merci à Berthe Tissinier pour la photo.

Ce post fait partie de la série sur le Lauragais agricole d'autrefois. Vos contributions seront les bienvenues comme rappelé dans ce post-ci : Ecrivons ensemble le Lauragais agricole d'autrefois (cliquer dessus)

Pour retrouver facilement ces posts et les voir dans leur ensemble vous pourrez cliquer sur la nouvelle catégorie du blog : Lauragais agricole d'autrefois ou sur l'onglet en haut de page. Ils seront également écrits en bleu pour les distinguer des posts du quotidien de la vie d'Emile

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #Lauragais agricole d'autrefois

Repost1

Publié le 18 Décembre 2021

Mardi 18 décembre 1951 - les 15 oies

Vent marin avec brouillard le matin

J'ai fini de labourer la jeune vigne. Camille a hersé les fèves. Le soir avons fait labourer le fond du grand champ pour le maïs. Avons tué 15 oies grasses. Julie de la chartreuse et Anna de roux sont venus nous aider à les plumer. Gaston Lanegrasse est venu chercher sa part d'oies 9.

Le médecin Izard est venu voir Paulette pour la 2e fois.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 17 Décembre 2021

Lundi 17 décembre 1951 - aller chercher le docteur

Vent marin modéré

Continué à labourer la jeun vigne. Camille a fini au petit champ du jardin. Je suis allé deux fois à Villefranche chercher le Docteur Izard pour Paulette qui a un peu de dysenterie J'ai payé 509 f de remèdes

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 16 Décembre 2021

Dimanche 16 décembre 1951 - les ailes du moulin

Brouillard vent marin depuis neuf heures

J'ai réparé les ailes du moulin à vent et j'ai fait une civière pour porter les ? de maïs. Joséphine est allée en Estèbe leur dire de venir tuer les oies mardi

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 15 Décembre 2021

Lauragais d'antan : De Revel à Castelnaudary

Janvier 1953 - Alors qu'à la métairie on profite de l'hiver pour réparer la vieille charrette et s'occuper l'esprit, au village les langues se délient.

Un épisode entre Revel et Castelnaudary...

Un nouvel épisode de Ceux de la Borde Perdue

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Repost0

Publié le 15 Décembre 2021

Samedi 15 décembre 1951 - les charrettes de fumier, les oies grasses

Brouillard

Le matin avons sorti 7 charrettes de fumier au petit champ du jardin pour les betteraves et continué à labourer le soir et moi continué à labourer la jeune vigne. Gaston lanegrasse est venu chercher 5 oies grasses. Elie Camille et Anna Puget de Roou sont venus souper. Yves est venu en permission

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 14 Décembre 2021

Vendredi 14 décembre 1951 - 4 petits cochons

Vent marin léger

Sommes allés à la foire de Villefranche vendre 4 petits cochons 108 kg à 325f partagé avec Gaston 35100 f 17550 pour chacun. J'ai continué à labourer à la jeune vigne

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 13 Décembre 2021

Jeudi 13 décembre 1951 - le furet

Vent marin très fort

J'ai continué à labourer la jeune vigne. Camille et Paulette sont allés fureter à Roou

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 12 Décembre 2021

Mercredi 12 décembre 1951 - le champ ouest et les pommes de terre

Vent marin fort gelée le matin

J'ai commencé de la bouder la jeune vigne. Camille a commencé de labourer le petit champ ouest le puits pour les pommes de terre

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 11 Décembre 2021

Lauragais d'Autrefois (153) : ce dicton occitan décliné tant de fois

"Les chiens ne font pas des chats", ce dicton sur la ressemblance familiale s'invite souvent dans nos conversations.

Il en était de même autrefois si l'on en croit le nombre considérable de déclinaisons qu'on lui trouve en occitan...

Commençons par la traduction presque littérale (mais inversée) :

Les gats fan pas des gosses

mais on rencontre aussi bien d'autres animaux, surtout des oiseaux :
 

Les chòts fan pas de mèrles

Les hiboux ne font pas des merles.

 

Les corbàsses fan pas de rossinhòls

Les corbeaux ne font pas des rossignols.

 

Las agaças fan pas de pinsons

Les pies ne font pas de pinsons.

 

Les cocuts fan pas d'agaças

Les coucous ne font pas de pies.

 

Les chòts fan pas de canaris

Les hiboux ne font pas de canari.

 

Et d'autres encore...

 

Si vous connaissez d'autres dictons, expressions ou proverbes sur la ressemblance, n'hésitez pas à me les adresser. Nous complèterons la petite collection de ce post ensemble au fur et à mesure. Vous pouvez m'écrire à lauragais@lescarnetsdemile.fr 

Ce post fait partie de la série sur le Lauragais agricole d'autrefois. Vos contributions seront les bienvenues comme rappelé dans ce post-ci : Ecrivons ensemble le Lauragais agricole d'autrefois (cliquer dessus)

Pour retrouver facilement ces posts et les voir dans leur ensemble vous pourrez cliquer sur la nouvelle catégorie du blog : Lauragais agricole d'autrefois ou sur l'onglet en haut de page. Ils seront également écrits en bleu pour les distinguer des posts du quotidien de la vie d'Emile

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Repost0

Publié le 11 Décembre 2021

Mardi 11 décembre 1951 - une légère gelée

Gelée légère beau temps

Avons fini de labourer pour la paumelle au champ du hangar

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 10 Décembre 2021

Lundi 10 décembre 1951 - la mémoire de l'oncle Paul

Ciel Couvert temps doux

Camille sa mère et moi sommes allés à l'anniversaire de l'oncle Paul Puget aux Casses. En arrivant avons labouré avec les trois paires au champ du hangar.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 9 Décembre 2021

Photo Laure Pagès

Photo Laure Pagès

Avant l'arrivée de l'eau courante dans les fermes, la corvée du précieux liquide était un élément important de l'emploi du temps des familles. Aimé Boyer m'a confié ses souvenirs à ce sujet :

"Mes parents habitaient dans une ferme où il y avait un puits avec une pompe à piston. Ce puits n’avait pas de source. Il était alimenté par l’eau de la toiture, ce qui était déjà un grand progrès dans les années 1940.

Mais ce puit avait un grand défaut : mes parents avait des nombreux pigeons élevage - courant dans les fermes du Lauragais - qui vivaient la plupart du temps sur le toit. Aussi, quand il pleuvait, les fientes était entraînées dans le puit, ce qui rendait l’eau imbuvable et même dangereuse. Bien sûr, cela faisait l’affaire pour arroser le jardin en tant que fumure liquide. Mais même les vaches rechignaient à boire ce breuvage.

Il servait aussi de lieu de conservation, au frais. Un jeudi ma mère avait acheté la viande pour vendanger le lendemain. Elle avait descendu comme d’habitude cette viande dans le puit dans un panier pendu à une corde. Mais dans la nuit, un violent orage a inondé le panier.  J’ai vu ma mère pleurer, je crois qu’elle s’est quand-même arrangée pour la cuisiner.

Notre ferme, positionnée sur un méplat, avait un autre puits à niveau constant. Bien-sûr cette eau était agréable mais de quantité limitée. Il fallait attendre pour le remplissage de l’auge, ce qui posait pas mal de problèmes l’été pour faire boire les bêtes. Il fallait aussi alimenter la bassecour, même si c’était une petite ferme et il y avait beaucoup de becs à désaltérer.

Ce méplat formait comme une petite vallée sur laquelle il y avait un pré et donc un endroit avec de nombreux joncs qui laissaient deviner un point humide. Mon père avait creusé un trou, où on arrivait en puisant avec un seau, à remplir une comporte. Cela subvenait aux besoins de la borde où il n’y avait pas bien évidemment pas de douche.

Durant l’été 1943 – ou 1945, je ne me souviens plus - est arrivée une grande sécheresse. Cette situation a obligé mes parents à aller chercher de l’eau et à emmener les vaches deux fois par jour à une fontaine à niveau constant. Elle se situait à un kilomètre environ. C’était une fontaine publique à Albiac, ouverte à tous, lavage du linge compris. Il arrivait souvent que les troupeaux se mélangent, c’était assez compliqué.  Les vaches ne voulaient pas boire quand du linge avait étés rincé, c’était très compliqué.

Dans cet environnement il y avait également un puits bouché. Les agriculteurs ont décidé de le curer puis d’y installer une pompe à chapelet. Je crois que la municipalité a participé aux frais, ce qui permettait d’isoler le rinçage du linge.

Chaque fois que nous allions faire boire les bêtes ou chercher de l’eau avec la charrette nous prenions une musette avec des bouteilles pour ramener de l’eau propre pour boire !  On appelait ce lieu la fontaine.

J’y accompagnais souvent mes parents, j’étais en charge de tenir rassemblé notre petit troupeau.

Avec les allers et retours, il fallait faire 4 kilomètres par jour, c’était très compliqué malgré les échanges conviviaux avec les autres éleveurs de la commune. 

Avec notre équipement, nous arrivions à économiser un déplacement par jour. Ce qui n’était pas rien.

Enfin, mon père a négocié avec le propriétaire de notre champ de pouvoir construire un puit à l’endroit des petits trous qu’il avait creusés dans le pré. Un accord verbal a été conclu : le propriétaire fournirait le matériel pour construire ce puits, mon père assurerait le creusage avec l’aide des voisins qui pourraient eux-aussi utiliser ce puits en période de sècheresse."

Un grand merci à Aimé Boyer pour sa passionnante contribution et à Laure Pagès pour la photo

Ce post fait partie de la série sur le Lauragais agricole d'autrefois. Vos contributions seront les bienvenues comme rappelé dans ce post-ci : Ecrivons ensemble le Lauragais agricole d'autrefois (cliquer dessus)

Pour retrouver facilement ces posts et les voir dans leur ensemble vous pourrez cliquer sur la nouvelle catégorie du blog : Lauragais agricole d'autrefois ou sur l'onglet en haut de page. Ils seront également écrits en bleu pour les distinguer des posts du quotidien de la vie d'Emile.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #Lauragais agricole d'autrefois

Repost1

Publié le 9 Décembre 2021

Dimanche 9 décembre 1951 - le lapin et la buse

Beau temps lourd

Suis allé à la chasse j'ai tué un lapins, et une buse. Hier Elie Camille et sa mère Anna sont venus à la veillée. Camille Puget est en permission agricole.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 8 Décembre 2021

Lauragais d'antan : parpèlas d'agaças

Janvier 1953 - Des retrouvailles qui font chaud au coeur lorsque le quotidien des métayers est rude. Des mots prononcés, presque rien, parpèlas d'agaças, qui ont pourtant des conséquences inattendues...

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Repost0

Publié le 8 Décembre 2021

Samedi 8 décembre 1951 - Ail, choux capus et oignon blanc

Beau temps chaud

J'ai fini de semer les fèves au coin de la vigne vieille.

Camille a continué à labourer au champ du hangar avec les trois paires; Le soir j'ai semé l'ail et planté les choux capus et oignons blancs.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 7 Décembre 2021

Vendredi 7 décembre 1951 - les fèves du champ Est

Un peu de pluie dans la nuit et quelques petites rafales dans la journée.

J'ai fini de semer les fèves au petit champ, est du jardin. Camille a continué de labourer au champ du hangar. Joséphine et Paulette sont allées à Villefranche vendre trois paires de dindons 3500 et 3400 la paire.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 6 Décembre 2021

Jeudi 6 décembre 1951 - labourer pour la paumelle

Beau temps chaud le soirAvons repris de semer des fèves au petit champ du jardin.

Camille a labouré pour la paumelle au champ du hangar.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 5 Décembre 2021

Mercredi 5 décembre 1951 - le brouillard et le beau temps

Brouillard jusqu'à midi belle soirée vent marin à la nuit

Avons semé 2 sacs 1/2 derrière la maison. Avons fini de semer tout le blé 

Semé en tout 30 hl de blé (15 de P4) et 15 d'Etoile de Choisy

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 4 Décembre 2021

Photo coll. J-C Rouzaud

Photo coll. J-C Rouzaud

Dans les années 50, même si le mode d’autoconsommation est encore très prononcé, la nécessité de se déplacer pour une famille de métayers se fait ressentir chaque jour un peu plus. 

Paulette D. nous explique : "Nous produisions beaucoup de ce que nous mangions mais bien-sûr qu'il nous fallait nous déplacer... Que ce soit pour aller prêter main forte aux voisins ou à la famille pour certains travaux, prévenir le médecin qu'on avait besoin de son diagnostic pour l'arrière grand-mère souvent malade ou pour les enfants... Il fallait aussi aller vendre des produits sur les différents marchés, les lapins, les pigeons, les œufs... Nous allions essentiellement à Castelnaudary le lundi mais aussi parfois à Villefranche, Revel ou Puylaurens même si cela était moins fréquent."

Négocier la vente ou l'achat de boeufs, rencontrer des acheteurs lors des foires, passer des commandes à la coopérative agricole, faire parfois quelques achats en ville, amener les enfants à l'école, aller prier, aller à la pêche, les déplacements motivés par des raisons liées à la vie familiale ou à la vie professionnelles étaient nombreux.

Alors comment s'y prenait-on ? "Nous essayions d'optimiser les sorties. Lorsque l'un d'entre nous partait pour le marché de Castelnaudary, il passait également à la C.A.L. (Coopérative Agricole Lauragaise) pour les affaires et au retour chez le forgeron par exemple si cela était nécessaire.", reprend Paulette.

Dans sa famille, faute de moyens suffisants et, peut-être  défaut d'être complètement convaincus de son absolue nécessité, la décennie entière, celle des années 50, se fera sans que la voiture automobile n'entre dans la cour de la ferme. Cela nécessitait un investissement financier assez conséquent et un peu de temps pour obtenir le permis de conduire. 

"Pour aller au village, visiter la famille, aller à la messe, on marchait beaucoup à pied. Cela ne nous posait pas de problème, nous étions habitués. Lorsque mes parents étaient jeunes au début du siècle, se souvient-elle encore, ils marchaient même les pieds nus avec leurs chaussures dans leur panier et ne les mettaient qu'avant d'arriver au village pour ne pas les user. Nous faisons attention à tout. Nous n'étions pas très fortunés et prenions grand soin du peu que l'on avait" 

Mais il y a aussi la bicyclette. On en dispose d'une ou deux selon les métairies, il n'y en a pas une pour chacun. Elles sont munies de sacoches pour transporter un peu de matériel ou quelques petits animaux que l'on aurait vendus ainsi que d'une porte-bagage qui permettait d'avoir un passager.

"Pour les déplacements représentant des distances plus conséquentes, on avait parfois recours à la moto, se souvient Paulette, on en possédait une qui n'était pas de première jeunesse mais elle rendait de grands services. C’étaient les hommes qui la pilotaient. Et même la ménine (l’arrière grand-mère) jusqu'à un âge très avancé était passagère pour se rendre en visite chez sa fille qui habitait le village voisin. Parfois c'était tout une organisation. Par exemple, lorsque nous étions invités à une fête locale par la famille, mes beaux-parents prenaient la moto pour y aller dîner (nb: le repas de midi en Occitanie) pendant que nous nous occupions des animaux et de la métairie et le soir, à leur retour, c'est nous qui prenions la moto pour aller souper chez nos hôtes et profiter du bal."

Elle explique également : "Nous, les femmes de la maison, avions une certaine autonomie pour nous rendre à Castelnaudary, au marché par exemple, grâce à la ligne de bus qui s'arrêtait au bord de la route départementale qui longeait la métairie. On pouvait aussi aller l'attendre au village voisin. Le chauffeur autorisait les passagers à mettre en soute une panière ou deux contenant lapins, pigeons, poules ou poulets que nous souhaitions vendre."

Aimé rajoute : "Oui, c'est comme cela que j'ai vécu cette période 54-65 moi-aussi . L’autobus avait une remorque pour porter les veaux... Pour les cochons c'était plus compliqué, les volailles étaient  dans les paniers posés sur l'impériale du bus. On n'était pas malheureux."

Et puis, la famille s'agrandissant, la situation est devenue plus complexe pour Paulette et son mari qui avaient deux fillettes en bas-âge. Pour se rendre dans la belle-famille tous ensemble, c'est le frère de Paulette qui venait récupérer tout le monde en voiture pour les ramener ensuite. 

"Au tout début des années 60, mon mari a passé son permis de conduire à son tour et la famille a acheté une automobile, 4 ou 5 ans après le premier tracteur. C'est une liberté nouvelle que nous avons trouvée là. Évidemment, les temps de trajets ont considérablement réduit et les déplacements ont été grandement facilités. Mais pour autant, les vélos et la moto n'étaient jamais loin. Nous les avons gardés et ils ont continué à nous être très utiles."

 

Chez Aimé aussi, la famille s'est agrandie aussi a-t-il fallu prendre des décisions : "J'avais un scooter, j'ai acheté ma première auto en 64! Nous avons eu des jumeaux qui ont étés placés en couveuse à Montauban. Il a bien fallu aller les voir, ces petits. Les grands-mères, les grands-pères, tout le monde voulait les voir. J'ai acheté une B 14 Sport d'occasion qui n'avait pas roulé depuis longtemps. Aussi, à cause des durites, de Caraman à Montauban, j'ai fait connaissance avec pas mal de mécanos sur le trajet ! Il y avait même une courroie de mobylette au ventilateur. S'il y en a qui vont à l'aventure, nous c'est l'aventure qui est venue à nous !"

Merci à la famille Nardèze pour le partage de ses trésors photographiques, à J-C Rouzaud et à Paulette D., ma grand-mère, pour son témoignage ainsi qu'à Aimé B. pour sa précieuse collaboration.

Ce post fait partie de la série sur le Lauragais agricole d'autrefois. Vos contributions seront les bienvenues comme rappelé dans ce post-ci : Ecrivons ensemble le Lauragais agricole d'autrefois (cliquer dessus)

Pour retrouver facilement ces posts et les voir dans leur ensemble vous pourrez cliquer sur la nouvelle catégorie du blog : Lauragais agricole d'autrefois ou sur l'onglet en haut de page. Ils seront également écrits en bleu pour les distinguer des posts du quotidien de la vie d'Emile.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #Lauragais agricole d'autrefois

Repost0

Publié le 4 Décembre 2021

Mardi 4 décembre 1951 - le semoir et la herse

Beau temps - Avons fini de semer le champ des aygalots. Mis à ce champ 420 kg de blé. Hersé derrière la maison.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 3 Décembre 2021

Lundi 3 décembre 1951 - l'Etoile de Choisy

Vent d'ouest froid brouillard

Avons commencé à semer le blé Etoile de Choisy au champ des Aygalots

 

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 2 Décembre 2021

Dimanche 2 décembre 1951 - à la chasse

Brumes beau temps

Le matin j'ai fait les coins et coupé quelques mottes au champ de blé des artichauts. Le soir je suis allé à la chasse. J'ai tué un lapin. Camille et Paulette sont allés à Roou; Jean Marc dagada est venu se faire tailler les cheveux.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 1 Décembre 2021

Lauragais d'antan : I a quicòm que truca !
Janvier 53 - Dans la cheminée de la Borde Perdue, flambe un feu de colère. "I a quicòm que truca !" juge Léonce à la lumière des derniers événements. Le Lauragais des métayers est en émoi...
 
Un nouvel épisode de Ceux de la Borde Perdue #lauragais #occitanie
 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Repost0