Publié le 19 Juin 2021

Lauragais d'Autrefois (134) : les fumets savoureux des repas à la métairie

Aujourd'hui, nous continuons la plongée dans les souvenirs de Berthe. Elle nous raconte la savoureuse cuisine lauragaise telle qu'elle était servie au quotidien à la table des métairies. Des fumets délicieux s'échappent de ce post...

Le matin au lever, très tôt, on buvait un grand verre de café chaud. Ensuite vers 9 h, on déjeunait plus copieusement : charcuterie, pâté, fromage, pain, vin, un autre café,  en hiver un peu moins copieux mais tout aussi riche confiture, figues sèches, fromage et même quelques carrés de chocolat et un bol de café chaud.

Nous, les enfants, nous levions plus tard et nous avions un grand bol de lait de nos vaches, avec du chocolat et une belle tartine de pain (grillée devant les braises de la cheminée) avec de la confiture ou suprême gourmandise : beurrée avec du chocolat en poudre ou râpé sur le dessus !

A midi pratiquement toute l’année été comme hiver (sauf les jours de canicule) le repas débutait par une bonne assiette de bouillon au vermicelle, la soupe avait mijoté toute la matinée devant les braises dans « l’oule » (la marmite) quelquefois ce n’était que du bouillon de légumes du jardin, mais souvent elle était agrémentée des os du cochon ou des canards gras, le dimanche d’une vieille poule, d’un morceau de pot-au-feu du boucher. On faisait cette soupe en quantité suffisante pour 2 ou 3 jours, suivant le nombre de personnes. Ensuite, on mangeait les légumes de cette soupe en vinaigrette, la pomme de terre écrasée avec un peu de beurre réservée aux enfants. Pas tous les jours mais souvent de la charcuterie, faite maison bien entendu, boudin, saucisson, pâté, l’été le jambon était sec et faisait le régal de chacun, venait ensuite la viande, poulet rôti du dimanche, lapin sauté ou en civet, également civet de lièvre à la saison de la chasse,  confit de canard, quand on avait tué le cochon saucisse, carbonade et coustellous grillés sur les braises au coin de la cheminée et souvent après la soupe uniquement une bonne assiette, ou deux, des fameux haricots blancs avec leur garniture.

Une oule (l'ola en occitan) Photo Berteh Tissinier

Les confits, canards et porc, étaient conservés dans ces grands pots en grès, recouverts de graisse, bien fermé par un papier cuisson puis un papier kraft tenu par un élastique, avec la date dessus et la nature, ces pots étaient stockés dans la pièce la plus fraîche de la maison, en général le « chais » où l’on conservait également jambons, saucissons, où se trouvait un garde manger.

Pot en grès photo Berthe Tissinier

A suivre...

Un grand merci à Berthe pour ce témoignage en plusieurs épisodes

 

Ce post fait partie de la série sur le Lauragais agricole d'autrefois. Vos contributions seront les bienvenues comme rappelé dans ce post-ci : Ecrivons ensemble le Lauragais agricole d'autrefois (cliquer dessus)

Pour retrouver facilement ces posts et les voir dans leur ensemble vous pourrez cliquer sur la nouvelle catégorie du blog : Lauragais agricole d'autrefois ou sur l'onglet en haut de page. Ils seront également écrits en bleu pour les distinguer des posts du quotidien de la vie d'Emile.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #Lauragais agricole d'autrefois

Repost0

Publié le 19 Juin 2021

Mardi 19 juin 1951 - le sol pour les fèves

Ciel couvert le matin un peu de soleil le soir

Avons préparé le sol pour dépiquer les fèves et aiguisé les lames de lieuse

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 18 Juin 2021

Lundi 18 juin 1951 - la lieuse

Mauvais temps - pluie surtout dans le courant de la nuit 

Avons sorti et nettoyé la lieuse

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 17 Juin 2021

Dimanche 17 juin 1951 - voter à Saint-Brice

Temps lourd orageux hier au soir à 10 heures

Le matin j'ai taillé des haies, le soir suis allé voter à St Brice pour les députés

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 16 Juin 2021

Lauragais d'Antan : la panne du TD 18 Mc Cormick
Octobre1952 - Chez les métayers, la visite du propriétaire n'augure pas toujours de bonnes nouvelles. Si l'on rajoute à cela la panne du TD18 Mc Cormick et des tensions sous le toit de la borde, la période s'annonce mouvementée...
Un nouvel épisode de Ceux de la Borde Perdue à retrouver ici :

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Repost0

Publié le 16 Juin 2021

Samedi 16 juin 1951 - Sarcler les betteraves

Vent marin orageux chaud

Le matin avons sarclé les betteraves, le soir sulfaté les deux vignes à 2 1/2 de cuivre et le même volume de chaux

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 15 Juin 2021

Vendredi 15 juin 1951 - à Villefranche

Ciel couvert temps frais - Avons fini de rentrer les fourrages trois charrettes de foin et déchargé deux. Fine est allée à Villefranche.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 14 Juin 2021

Jeudi 14 juin 1951 - deux charrettes de luzerne

Vent marin très chaud

Avons fini de rentrer les fourrages 

Chargé le dernier deux charrettes de luzerne au champ du ruisseau. et le soir déchargé trois charrettes de foin. Anna Puget de Roou est venue le matin nous voir.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Repost0

Publié le 13 Juin 2021

Mercredi 13 juin 1951 - du foin toujours

Beau temps très!s chaud

Avons chargé trois charrettes de luzerne et déchargées le soir ramassé le foin ramassé le foin retourné et mis en tas

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Repost0

Publié le 12 Juin 2021

Lauragais d'Autrefois (133) : à la cuisine de la borde

La cuisine lauragaise,  la cuisine occitane.... Comment se nourrissait-n dans les bordes juste après la guerre ? J'ai sollicité Berthe Tissinier pour nous confier ses souvenirs culinaires à la métairie. Cela fera l'objet de quelques articles successifs ici. Nous commencerons aujourd'hui avec les provisions avant d'entrer en cuisine dans les prochains posts.

"Dans ces années là l’on vivait pratiquement en auto-suffisance avec les produits de la ferme (volailles de toute sorte poules, poulets, canards, pintades dindes et dindons, lapins, œufs, cochonailles, légumes frais et secs, fruits, sans oublier les confits de canards et de porcs, et les fameux jambons qui étaient prêts à déguster en été, etc….)

Pour les produits d’épicerie la mère de famille se ravitaillait au marché hebdomadaire : Baziège, Caraman, Castelnaudary ou Villefranche de Lauragais.

Mes parents fréquentaient le marché de Villefranche qui a toujours eu lieu le vendredi : en premier ma mère vendait au marché à la volaille (vivante) poules, poulets, canards, pigeons, lapins, dindes, œufs, selon la maturité, et avec l’argent ainsi récolté elle achetait les produits d’épicerie nécessaires pour la semaine : huile, café, sucre, sel, pâtes, sardines, fromages, rarement boucherie, biscuits, chocolat et quelques bonbons pour nous les petits !

Si la vente des volailles avait été fructueuse, des vêtements, quelque ustensile de cuisine. L’on trouvait tous ces produits sur le marché, pour le pain un boulanger d’une commune voisine faisait sa tournée trois fois par semaine et même un boucher le samedi.  

Comment se nourrissait-on les jours ordinaires  ? 

Il est à noter que la cheminée fonctionnait pratiquement toute l’année, elle était éteinte uniquement en été les jours de fortes chaleurs, en complément il y avait une cuisinière à bois qui servait à chauffer un peu plus la salle commune et à faire la cuisine, il y avait aussi une gazinière.

Devant les braises trônaient plusieurs marmites (les oules = las olas en occitan) une pour la soupe, une ou deux pour avoir de l’eau chaude en permanence, une avec les haricots blancs qui figuraient au repas au moins une ou deux fois par semaine. Surtout en hiver. Ils étaient agrémentés des couennes, de pieds, de morceaux de viandes, de lard, du cochon fraîchement tué, de la partie la plus épaisse des coustellous, plus tard du confit quand il aurait bien macéré dans sa graisse."

A suivre...

Un grand merci à Berthe pour ce témoignage en plusieurs épisodes

 

Ce post fait partie de la série sur le Lauragais agricole d'autrefois. Vos contributions seront les bienvenues comme rappelé dans ce post-ci : Ecrivons ensemble le Lauragais agricole d'autrefois (cliquer dessus)

Pour retrouver facilement ces posts et les voir dans leur ensemble vous pourrez cliquer sur la nouvelle catégorie du blog : Lauragais agricole d'autrefois ou sur l'onglet en haut de page. Ils seront également écrits en bleu pour les distinguer des posts du quotidien de la vie d'Emile.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #Lauragais agricole d'autrefois

Repost0

Publié le 12 Juin 2021

Mardi 12 juin 1951 - un petit orage

Vent marin orageux un petit orage à quatre heures très peu de pluie

Avons déchargé six charrettes de fourrage et chargé quatre

 

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 11 Juin 2021

Lundi 11 juin 1951 - la luzerne du ruisseau

Beau temps Le matin avons coupé le foin ramassé le fourrage du ruisseau luzerne. Chargé deux charrettes au champ du pailler et deux sous le petite bois déchargé quatre

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 10 Juin 2021

Dimanche 10 juin 1951 - la fête à Avignonet

Beau temps chaud et ciel couvert à la nuit

Avons chargé deux charrettes de fourrage au champ du pailler et ramassé celui sous le petit bois. Camille et Paulette sont allés à la fête à Avignonet à Naudet chez sa tante Maria Sacaze. Yves Fauré est venu en permission à Toulouse.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 9 Juin 2021

Samedi 9 juin 1951 - au pré

Ciel nuageux temps frais vent d'autan

Le matin avons fini de faire les passages au pré. Le soir avons chargé le fourrage des deux champs du lotier trois chargements et un petit le dernier du grand champ

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 8 Juin 2021

Vendredi 8 juin 1951 - les passages au foin

Rafales de pluie mauvais temps vent d'ouest fort pluie dans la nuit

Le matin avons fait des passages au foin. Le soir avons déchargé quatre charrettes de fourrage. Fine est allée à Villefranche vendre des petits canards à 220 francs la paire. Jean-Marie Dagada est venu se faire taille les cheveux.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 7 Juin 2021

Papillons en Lauragais (4) : la Petite Tortue

Claude Bouche est un passionné de photographie et d'entomologie. Il arrête son objectif sur les insectes qu'il croise dans le Lauragais et notamment les papillons.

Nous vous proposons d'en découvrir quelques-uns au fil de billets postés ici.

Aujourd'hui, nous découvrons la Petite Tortue (Aglais urticae). 

C'est un papillon de la famille des Nymphalidae, très répandu en Europe qui mesure de 4 à 5 cm.

On peut l'observer dès la fin de février dans les milieux ouverts et parfois même dans les villes. Les adultes butinent mais les chenilles se nourrissent exclusivement d'ortie dioïque.

La couleur dominâtes est orangée, assorties de taches noires blanches et jaunes. La face inférieure des ailes est brun foncé, coloration qui imite l'écorce.

Faites défiler les photos en cliquant sur les flèches latérales..
Faites défiler les photos en cliquant sur les flèches latérales..
Faites défiler les photos en cliquant sur les flèches latérales..
Faites défiler les photos en cliquant sur les flèches latérales..

Faites défiler les photos en cliquant sur les flèches latérales..

Fait exceptionnel, Claude a récemment réussi a photographier une femelle pondant sur des orties. Les photos sont ci-après.

 

Un grand merci à Claude pour le partage de son travail avec les lecteurs des Carnets d'Emile.

A bientôt pour la découverte d'un nouveau papillon

Merci de ne pas utiliser ces photographie sans autorisation de leur auteur.

Faites défiler les photos en cliquant sur les flèches latérales.
Faites défiler les photos en cliquant sur les flèches latérales.
Faites défiler les photos en cliquant sur les flèches latérales.
Faites défiler les photos en cliquant sur les flèches latérales.

Faites défiler les photos en cliquant sur les flèches latérales.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #Papillons en Lauragais

Repost0

Publié le 7 Juin 2021

Jeudi 7 juin 1951 - le champ du Matelot

Vent d'autan léger et orageux un peu de pluie à quatre heures 

Le matin avons coupé la luzerne au champ du matelot le soir avons chargé quatre charrettes de fourrage au grand champ.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 6 Juin 2021

Mercredi 6 juin 1951 - le champ du pailler

Ciel couvert jusqu'à midi soleil chaud la soirée

Le matin avons coupé la luzerne sous le petit bois. Le soir avons ramassé un peu au champ du pailler et étendu au grand champ

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 5 Juin 2021

Merci à Julie pour la photo

Merci à Julie pour la photo

Dans le langage courant, la chèvre surgit parfois. « Me fas venir cabra » entend-on parfois autrement dit « tu me fais devenir chèvre ». Explorons donc ensemble les expressions et dictons qui convoquent l'animal préféré mais tellement têtu de Monsieur Seguin… D'ailleurs...

 

La cabra que vòl sautar, sauta et sautarà.

La chèvre qui veut sauter, saute et sautera

 

Anen tondre las cabras, auren pus leu tondut.

Allons tondre les chèvres, nous aurons plus vite fait.

 

Aqui es la cabra, aqui cal que broste.

Là est la chèvre, là elle doit brouter.

 

La cabra per sos pecats, porta les genols pelats

La chèvre pour ses péchés, porte les genoux pelés.

 

Córrer coma una cabra debanada

Courir comme une chèvre qui a perdu ses cornes

 

Aver d’autras cabras a mólzer

Avoir d’autres chèvres à traire

 

Si vous connaissez d'autres expressions dictons ou proverbes sur les chèvres, n'hésitez pas à me les adresser. Nous complèterons ce post ensemble au fur et à mesure. Vous pouvez m'écrire à lauragais@lescarnetsdemile.fr 

Ce post fait partie de la série sur le Lauragais agricole d'autrefois. Vos contributions seront les bienvenues comme rappelé dans ce post-ci : Ecrivons ensemble le Lauragais agricole d'autrefois (cliquer dessus)

Pour retrouver facilement ces posts et les voir dans leur ensemble vous pourrez cliquer sur la nouvelle catégorie du blog : Lauragais agricole d'autrefois ou sur l'onglet en haut de page. Ils seront également écrits en bleu pour les distinguer des posts du quotidien de la vie d'Emile.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #Lauragais agricole d'autrefois

Repost0

Publié le 5 Juin 2021

Mardi 5 juin 1951 - les coins de la luzerne

Orage et forte pluie à la nuit à minuit

Le matin avons coupé des mauvaises herbes au bord de la maison le soir avons déchargé trois charrettes de fourrage

et j'ai fauché les coins de la luzerne sous le petit bois

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 4 Juin 2021

Lundi 4 juin 1951 - les charrettes de foin

Beau temps chaud - Avons déchargé le fourrage du champ des frênes trois charrettes le soir ramassé celui du champ du pailler et chargé trois charrettes au grand champ

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 3 Juin 2021

Dimanche 3 juin 1951 - soufre et chaux sur la vigne

Vent marin modéré; Le matin j'ai poudré les vignes avec un mélange de chaux et soufre. Le soir avons chargé trois charrettes de fourrages au champ des frênes.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 2 Juin 2021

Lauragais d'antan : les vendanges du rebouteux
Septembre 1952 - Fioles, potions, onguents, crèmes, plantes lauragaises n'ont aucun secret pour Hector. Ce rebouteux est appelé à la rescousse suite à un bien ennuyeux accident survenu à la Borde Perdue... La vie des campagnes ne va pas toujours comme les métayers le souhaitent. La vendange pressée, la voilà en cuve... L'automne s'avance en Occitanie...
 
Nouvel épisode de Ceux de la Borde Perdue :

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Repost0

Publié le 2 Juin 2021

Samedi 2 juin 1951 - en permission

Ciel nuageux beau temps

Le matin nous avons nettoyé la grange le soir avons ramassé le fourrage des deux petits champs du lotier et soigné celui du champ des frênes. Camille Puget de Roou est venu en permission de trois jours Camille et Paulette y sont allés souper

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 1 Juin 2021

Vendredi 1er juin 1951 - sur le sentier qui va au puits

Nuages orageux, quelques gouttes de pluie le soir à la nuit

Le matin avons dagég le bel qui couvrait le sentier qui va au puits et coupé des mauvaises herbes autour de la maison. Le soir avons ramassé le fourrage du grand champ.

Elie et Anna de Roou sont venus à la veillée. J'ai payé à Pierre Bourrel une enveloppe de moto 4490 francs.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0