Publié le 21 Juin 2022

Samedi 21 juin 1952 - les passages sous le petit bois

Beau temps. Avons fait les passages au blé sous le petit bois et au haut du grand champ. Le soir j'ai soufré les vignes. Yves FAURE est venu en terme avons commencé d'abreuver au ruisseau

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 20 Juin 2022

vendredi 20 juin 1952 - les oisons

Beau temps frais 

Sommes allés avec Fine à Villefranche Avons acheté 30 oisons à 2100 la paire = 31500f que nous avons payé à moitié avec le patron. Le soir avons moissonné le blé du ruisseau. Camille et rené sont allés chercher deux paires de boeufs à Vallègue chez Marty. Le matin le camion du chevillard est venu le chercher

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 19 Juin 2022

Photo coll. Nardèse

Photo coll. Nardèse

Louis Bruno était agriculteur en Lauragais, fermier plus exactement. Retraité, il a consigné ses souvenirs dans des cahiers que sa famille a partagé avec nous. Pour le plaisir de relire ses mots savoureux, voici à nouveau cet article proposé il y a deux ans. Dans de précédents posts (ici et ), nous avons découvert sa description des travaux de printemps. Aujourd'hui, nous nous intéresserons aux mois de mai été juin. On y voit les activités se diversifier, se multiplier mais aussi s’intensifier. Chacun dans la maisonnée a son rôle à jouer pour que l’exploitation familiale tourne à plein régime

Fin mai

C'est alors que commençaient les choses sérieuses, les interminables journées de 15 à 16 h de boulot car tandis que la fenaison battait son plein, ce sacré maïs, lui, avait levé et bien levé à tel point qu'il était prêt à biner, manuellement le dos en l'air, rang après rang et pied après pied le débarrassent des adventices indésirables tout en l'éclaircissant, ne laissant pousser qu'un nombre de plantes optimum disons environ 4 pieds par mètre linéaire."

Juin : un mois d’activités harassantes et intensives

IL fallait donc mener de concert sarclage de maïs et rentrée des foins entravée souvent par les orages et le manque de soleil. Il s'ensuivait une longue série de besognes : coupes, râtelage, secouage, retournage bouquets, mise en tas pour enfin le charger ne gros voyages sur les charrettes et l'acheminer vers les granges et les hangars. Tout personne valide avait du pain sur la planche et n'avait pas à se faire prier. 

Les fourrages enfin dans les grandes ont se retrouvait en juin, mi-juin, même, le maïs était bon à buter par le passage entre les rangs du butoir  ou bien de la houe à cheval, opération toutefois plus rapide que le sarclage et démariage. Heureusement car les premières coupes de regain montraient déjà le bout du nez ne laissant aucun répit tandis que la Saint Jean se pointait à l'horizon et que les céréales d'hiver viraient de couleur présageant que la moisson débuterait aux premiers jours de juillet.

Un immense merci à Daniel Bruno - ainsi qu'à Christiane et Jean-François Bruno - pour avoir partagé les écrits passionnants de Louis.

Merci à Berthe pour la photo transmise

Ce post fait partie de la série sur le Lauragais agricole d'autrefois. Vos contributions seront les bienvenues comme rappelé dans ce post-ci : Ecrivons ensemble le Lauragais agricole d'autrefois (cliquer dessus)

Pour retrouver facilement ces posts et les voir dans leur ensemble vous pourrez cliquer sur la nouvelle catégorie du blog : Lauragais agricole d'autrefois ou sur l'onglet en haut de page. Ils seront également écrits en bleu pour les distinguer des posts du quotidien de la vie d'Emile.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #Lauragais agricole d'autrefois

Repost0

Publié le 19 Juin 2022

Jeudi 19 juin 1952 - échanger les boeufs

Beau temps 

Avons fait les passages au blé du champ des aygalots et au champ des artichauts. Après dîner sommes allés à Vallègue chez Marty et avons fait l'affaire. Nous échangeons deux paires de boeufs à prix égal 250000f la paire et lui avons vendu la jeune vache 72000 francs

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 18 Juin 2022

Mercredi 18 juin 1952 - les passages à la paumelle

Orages dans la nuit sur le nord belle journée

Le matin avons fait les passages à la paumelle au champ du hangar. Pech Jules de Ricaud est venu chercher 2650 K d'esparcette à §f50 = 17225 f et 79 balles de paille 4160 k à 1f50 = 6240 f

total 23465 francs

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 17 Juin 2022

Mardi 17 juin 1952 - la vigne et les betteraves

Vent marin orageux - Le matin avons biné à la vigne et les betteraves. Le soir Gaston est venu commencer de moissonner avec le tracteur. Avons coupé l'avoine du souleilla

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 16 Juin 2022

Lundi 16 juin 1952 - 900 plants de vigne

Forte chaleur. Le matin avons biné et sarclé les jeunes 900 plants de vigne. Le soir sommes allés à Vallègue chez Marty pour voir les boeufs. Jules Pech est venu acheter la luzerne à 6f 50 le k

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 15 Juin 2022

Dimanche 15 juin 1951 - un dimanche occupé

Temps lourd vent marin léger

Le matin suis allé à Ricaud me faire payer le pressage du fourrage à Pech Jules Le soir j'ai relevé deux rangées de vigne à la jeune. Gaston est venu. Nous avons réglé. je lui ai payé l'assurance accidents 7380 f une part. Après souper puis allé à Vallègue voir des boeufs chez Marty. Elie et Anna sont venus à la veillée.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 14 Juin 2022

Samedi 14 juin 1952 - le souvenir du paquebot

Il y a 12 ans aujourd'hui que j'embarquais sur le paquebot "Compiègne" à Marseille pour aller à 7e RTM à Meknes Maroc

Beau temps très chaud

Le matin avons soigné des futailles 

Avons fait les passages à l'avoine du Souleilla. Les secoures sont venus avant la nuit.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 13 Juin 2022

Rencontre dédicace à Revel le sam. 18 juin à partir de 9h30

A l'invitation de la Librairie du Beffroi, une rencontre dédicace autour du roman Ceux de la Borde Perdue aura lieu le samedi 18 juin de 9h30 environ à 12h 30.

Venez échanger autour des carnets d'Emile ou vous faire dédicacer le roman des matéyaers du Lauragais "Ceux de la Borde Perdue".

Au plaisir de vous y rencontrer...

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Repost0

Publié le 13 Juin 2022

Vendredi 13 juin 1952 - les oeufs et les pigeons

Ciel couvert beau temps

Avons fini d'attacher les vignes. Fine est allée à Villefranche les oeufs 150 pigeons 480 f. André Subra est venu se faire tailler les cheveux.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 12 Juin 2022

Jeudi 12 juin 1952 - les ronces

Vent marin orageux tourné à midi avec orage sur les Pyrénées sans pluie ici

Avons continué à attacher la vigne vieille et arraché des ronces. Paulette est allée à Ramelou lui payer la saillie de deux truies à 800 f = 1600 f.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 11 Juin 2022

Evier creusé dans une pierre et son évacuation en façade

Evier creusé dans une pierre et son évacuation en façade

Dans "L'eau des collines", Marcel Pagnol souligne la préciosité de ce liquide dans nos vies quotidiennes et celles des agriculteurs pour  leurs activités. Longtemps en Lauragais, les fermes étaient équipées d'un puits, d'une citerne, d'un cuvier, d'une auge, d'une mare qui nécessitaient transport et suscitaient des inquiétudes vives lors des pénuries.

En 1948, est créée l'Institution interdépartementale pour l'aménagement hydraulique de la Montagne Noire devenue aujourd'hui l'Institution des eaux de la montagne noire (IEMN). Le barrage des Cammazes est patiemment érigé entre 1953 et 1958 ainsi que les usines de potabilisation pour ensuite alimenter les communes du Lauragais et au delà.

Dans les métairies des années 50, cette arrivée a apporté un confort très apprécié.

 

Les métairies avant l'eau courante

 

La corvée d'eau mobilisait régulièrement les membres de la familles. Hommes, bêtes, potagers tous avaient besoin d'eau. Elle se faisait rare lors des sécheresse et parfois difficile à atteindre lors des grands froids. Il fallait par exemple casser la glace épaisse de la mare pour faire boire les animaux durant l'hiver 1956. 

 

Aimé Boyer nous décrit la vie d'avant l'eau courante :

 

"Il n’y avait pas d’eau courante mais souvent un puits, plus ou moins loin de la ferme suivant la source trouvée par un sourcier. A ces puits, il y avait rarement des pompes, c’était le seau, une corde ou un tour munie d'une chaîne,.

Les puits où l'on  puisait avec la corde étaient fermés à ras de sol, recouverts de tronc d’arbres, disposés de façon à avoir une trappe fermée avec de grosses branches. On les enlevait pour pouvoir être au dessus du puits. Il ne suffisait pas de descendre le seau, il fallait aussi qu'il se retourne pour se remplir.

Les puits équipés d’un tour étaient bâtis, l’arbre du tour était posé sur le mur de part et d'autre. Ces tours étaient très souvent équipés d’une chaîne, Il était plus compliqué de tourner le seau pour le noyer, des astucieux installaient, un pois bricolé avec du fil de fer sur un côté du seau. Au contact de l’eau, il se renversait.

Il y avait aussi des poulies à gorges pendues au sommet du puits. Il fallait remplir des auges ou comportes pour faire boire les bovins ou brebis. Des barriques posées sur une charrette, pour la basse cour et on utilisait le seau ou la cruche pour la maisonnée.

 Parmi les corvées dues par le métayer,  on trouvait parfois celles de porter avec des seaux pour les vider dans une citerne en haut de la maison du propriétaire parfois pour remplir les baignoires."

 

Le confort nouveau des métairies équipées

                                                         

Il poursuit : 

 

"En 1969, j’ai déménagé, cette métairie était équipée avec l’eau de la Montagne Noire, Il y avait un robinet au dessus de l’évier, adapté à la cuvette, qui n’était pourtant pas prévue pour en être équipée. Une petite fenêtre était posée devant l’évier. Cette cuvette était creusée dans une pierre avec au fond un trou pour en assurer l’évacuation.

Devant la porte de l’écurie, se trouvait également un robinet prévu pour alimenter une auge. J’ai commencé par poser une comporte. J’ai donc goûté au plaisir d’ouvrir ce robinet, l’hiver, pendant que mes vaches buvaient goulûment. Quel luxe, comparé à l’auge qui se trouvait au fond du pré.

Bien sûr, je ne me suis pas arrêté là.  Il y avait une pièce sous l’escalier, que j’ai aménagée rapidement pour y poser un chauffe eau électrique, un receveur de douche, un lavabo. Sur cette lancée, j’ai même alimenté l’évier en eau chaude en bricolant un peu la cuvette.

L’année suivante, j’ai installé les abreuvoirs automatiques dans l’étable en les fixant à la mangeoire.

Sans oublier ensuite de poser un robinet dans les bâtiments de la basse cour. Ainsi s'est trouvée terminée i la corvées d’eau, avec la charrette. Ouf !

 Rapidement, pour ne pas perdre la main ; du confort : j’ai fabriqué une fosse septique avec un puisard, rempli de galets de l’Agout avec un WC. Finie la cachette derrière la haie du jardin, finie la cabane au fond du jardin..."

 

C'est aussi ce qu'Emile a fait en mai 1960, l'aménagement de water-closet grâce à l'eau courante.

 

L'arrivée de l'eau a apporté un confort nouveau dans les campagnes e a aussi réduit largement la peine en provoquant la disparition des corvées liées à l'eau.

 

Je remercie Aimé Boyer pour son éclairage précieux sur cette question. Si vous aussi avez des souvenirs de changements à la ferme, de l'arrivée de progrès dans les années 40,50 ou 60, n'hésitez pas à me les adresser pour publication. Vous pouvez m'écrire à lauragais@lescarnetsdemile.fr 

Ce post fait partie de la série sur le Lauragais agricole d'autrefois. Vos contributions seront les bienvenues comme rappelé dans ce post-ci : Ecrivons ensemble le Lauragais agricole d'autrefois (cliquer dessus)

Pour retrouver facilement ces posts et les voir dans leur ensemble vous pourrez cliquer sur la nouvelle catégorie du blog : Lauragais agricole d'autrefois ou sur l'onglet en haut de page. Ils seront également écrits en bleu pour les distinguer des posts du quotidien de la vie d'Emile.


 

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #Lauragais agricole d'autrefois

Repost1

Publié le 11 Juin 2022

Mercredi 11 juin 1952 - les haricots

Vent marin lourd orage manqué

Continué à attacher la vigne vieille. Camille a fini de déchausser le maïs et les haricots. Les femmes ont lavé la lessive. Yves Fauré est venu souper.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 10 Juin 2022

Mardi 10 juin 1952 - le verrat

Beau temps mauvais et orageux ciel mi-brumeux

Continué à attacher les vignes. J'ai fini à l jeune et fait cinq rangées à la vieille. Camille a continué à chausser du maïs. Yves est venu en terme.

Dans la marge : René a mené la truie dite de Revel au verrat à Ramelou.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 9 Juin 2022

Lundi 9 juin 1952 - jeune vigne et maïs

Beau temps nuit froide

J'ai continué à attacher la jeune vigne. Camille a continué à chausser le maïs.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 8 Juin 2022

Dimanche 8 juin 1952 - les voeux de Notre-Dame

Beau temps nuages

Le matin sommes allés avec Joséphine à la messe à Avignonet pour les voeux à notre dame. Le soir j'ai attaché deux rangées de vigne à la jeune. Camille et Paulette sont allés dîner à Naudet pour la fête à Avignonet 

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 7 Juin 2022

Samedi 7 juin 1952 - le poulailler

Orage et très peu de pluie dans la nuit ciel mi-couvert temps plus frais. J'ai continué à attacher la jeune vigne. Camille et René ont nettoyé et désinfecté le poulailler; Le soir Camille a continuer à chausser du maïs et René a sulfaté la jeune fille au sulfate de fer pour la chlorose jaunisse 100 grammes par litre d'eau

Dans la marge : René a mené la truie au verrat à Ramelou d'en Haut.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 6 Juin 2022

Vendredi 6 juin 1952 - chausser le maïs

Vent marin calme très chaud

Avons commencé à chausser le maïs avec la houe. René a fini de sarcler les haricots. Moi j'ai commencé d'attacher la jeune vigne. Paulette est allée à Villefranche.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 6 Juin 2022

Ceux de la Borde Perdue à la Foire aux Livres à Montbrun

A l'invitation du Lecteur du Val, j'aurai le plaisir de présenter les Carnets d'Emile et de dédicacer le roman Ceux de la Borde Perdue samedi 11 juin, après-midi à Montbrun (salle polyvalente) à l'occasion de la Foire aux Livres.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Repost0

Publié le 5 Juin 2022

Jeudi 5 juin 1952 - sarcler les haricots

Vent marin très chaud

Avons fini de sarcler le maïs la moitié du fond du grand champ et commencé à sarcler les haricots

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 4 Juin 2022

Lauragais d'Autrefois (173) : les dictons occitans de juin (junh)

En ce début du mois de juin, voici une petite collecte de dictons occitans concernant ce mois de transition entre printemps et été. Ils sont très liés à la météo et à la préoccupation des semis ou des récoltes. Petit florilège...

Mes de junh, dalha al punh

Mois de juin, faux à la main

Solelh de junh ne ruina degun.

Le soleil de juin ne ruine personne.

L'aiga del mes de junh anima le molin a punt.

L'eau du mois de juin anime le moulin à point. 

Mai que versa, junh que cessa.

Mai qui pleut, juin qui cesse.

Se plou en junh, plou a punt.

S’il pleut en juin, il pleut à point.

Solelh de junh benasis le semenadis.

Soleil de juin bénit le semis.

Junh plujós, granièr polsierós

Juin pluvieux, grenier poussiéreux.

Si vous connaissez d'autres dictons, expressions ou proverbes sur ce mois, n'hésitez pas à me les adresser. Nous complèterons la petite collection de ce post ensemble au fur et à mesure. Vous pouvez m'écrire à lauragais@lescarnetsdemile.fr 

En ce samedi 4 juin, Les Carnets d'Emile et le roman Ceux de la Borde Perdue sont en présentation sur le stand du Terroir à Livres à Villefranche de Lauragais. N'hésitez pas à venir me retrouver parmi 50 auteurs sous la Halle centrale entre 10h et 18h.

Ce post fait partie de la série sur le Lauragais agricole d'autrefois. Vos contributions seront les bienvenues comme rappelé dans ce post-ci : Ecrivons ensemble le Lauragais agricole d'autrefois (cliquer dessus)

Pour retrouver facilement ces posts et les voir dans leur ensemble vous pourrez cliquer sur la nouvelle catégorie du blog : Lauragais agricole d'autrefois ou sur l'onglet en haut de page. Ils seront également écrits en bleu pour les distinguer des posts du quotidien de la vie d'Emile

 

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Repost0

Publié le 4 Juin 2022

Mercredi 4 juin 1952 - le maïs

Beau temps très chaud

Avons continué à sarcler du maïs. J'ai soufré la vigne vieille.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 3 Juin 2022

Mardi 3 juin 1952 - les doryphores

Ciel mi-couvert beau temps

Avons continué à sarcler du maïs 

J'ai sulfaté les pommes de terre contre les doryphores et j'ai soufré la jeune vigne.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 2 Juin 2022

Lundi 2 juin 1952 - la houe aux haricots

Ciel mi-couvert beau temps

Avons continué à sarcler du maïs 

J'ai passé la houe aux haricots au fond du grand champ.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0