Publié le 12 Juillet 2021

Jeudi 12 juillet 1951 - les passages du Souleilla

Beau temps- Avons fait les passages à une parcelle de blé Réati de 1 ha 20 au grand champ. Gaston nous l'a coupé et mené le P4 du Souleilla et l'avons mis en tas.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 11 Juillet 2021

Mercredi 11 juillet 1951 - réparer la lieuse

Vent marin fort dans la nuit tourné au jour avec temps frais et brume à trois heures

Avons mis en tas le blé Reati 113 sous le vivier et l'avoine au grand champ. Gaston est venu pour moissonner mais il a fait réparer la lieuse qui avait le montant arrière du tôlier coupé

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 10 Juillet 2021

Mardi 10 juillet 1951 - les passages sous le vivier

Vent marin chaud - Le matin avons fait les passages sous le vivier au blé ? sur fourrage nouveau. Gaston est venu le moissonner le soir. Avons fini de couper l'avoine au grand champ avec notre lieuse en allant chercher passage tellement elle était couchée.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 10 Juillet 2021

Lauragais d'Autrefois (137) : les repas des grands travaux et des grandes occasions

Depuis quelques semaines déjà, nous explorons la table lauragaise, les repas traditionnels des métairies. Nous terminons cette plongée dans les souvenirs du quotidien grâce au témoignage de Berthe. Aujourd'hui Nous nous intéressons aux repas des travaux de saison qui réunissaient tous les travailleurs de la maisonnée et ceux qui venaient les aider. Nous ferons aussi une incursion dans les repas des grandes occasions...

Les moissons : pour le grand jour il fallait prévoir le repas pour environ 25 personnes si je me souviens bien.

Cela commençait la veille par le plumage des volailles : poules et poulets et la récolte des haricots verts du jardin,

Le menu était pantagruélique mais nécessaire pour ces hommes et ces femmes qui travaillaient dur et sans relache ce grand jour là :

Le potage, la poule farcie, la cascade de hors d’œuvres : du pâté, saucisson, jambon, galantine de volaille, certaines bonnes années du foie gras…… œufs durs tomates, les viandes rôties poulet, pintade, des haricots verts sautés au beurre, du fromage, des desserts : crème, flans aux œufs, gâteaux maison, le café accompagné d’un sucre à l’eau de vie pour les dames et d’un doigt d’eau de vie pour les messieurs...

Les repas des vendanges étaient du même style, un peu moins copieux, les vendanges commençaient tôt le matin, souvent sous la bruine, et à midi une bonne assiette de soupe chaude réconfortait, après le repas c’est avec une peu de regret qu’il fallait repartir finir la besogne.

Les repas des fêtes du cochon étaient aussi fort copieux, le jour des cochonailles l’on faisait griller coustellous et carbonade ; le repas du soir ou l’on avait tué le cochon était fort convivial et bien arrosé pendant les parties de belotes inévitables avec les crêpes qui passaient directement de la poêle à la table.

Les repas de communion, de fiançailles, ou autre grande occasion :

On n’allait pas au restaurant en ce temps là : plusieurs jours avant on préparait les victuailles, on faisait un effort financier en achetant un rôti de veau ou de bœuf,

On sortait la plus belle vaisselle.

Le repas débutait par les hors d’œuvre : foie gras de rigueur, saucisson, jambon, les fameux œufs mimosas, crudités de saison, un plat en sauce soit une poule ou du sauté de veau avec champignons de paris, la viande rôtie une bonne volaille et un rôti de bœuf avec sa sauce au madère et champignons de Paris, des haricots verts dont on avait fait les conserves en été, du fromage ce jour là le roquefort trônait, et pour l’occasion l’on avait commandé  au boulanger-pâtissier, une belle pièce montée. On avait fait une bonne crème anglaise avec sa madeleine bien sûr.

Oui dans ces grands repas il y avait deux plats consistants un plat en sauce et des viandes rôties et beaucoup de hors d’œuvre et de desserts fait maison.

Un grand merci à Berthe Tissinier pour la plongée dans ses souvenirs savoureux de cuisine à la métairie qui nous ont tenus en appétit durant plusieurs semaines. 

 

Ce post fait partie de la série sur le Lauragais agricole d'autrefois. Vos contributions seront les bienvenues comme rappelé dans ce post-ci : Ecrivons ensemble le Lauragais agricole d'autrefois (cliquer dessus)

Pour retrouver facilement ces posts et les voir dans leur ensemble vous pourrez cliquer sur la nouvelle catégorie du blog : Lauragais agricole d'autrefois ou sur l'onglet en haut de page. Ils seront également écrits en bleu pour les distinguer des posts du quotidien de la vie d'Emile.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #Lauragais agricole d'autrefois

Repost0

Publié le 9 Juillet 2021

Lundi 9 juillet 1951 - l'avoine du grand champ
Lundi 9 juillet 1951 - l'avoine du grand champ

Beau temps chaud le matin ciel nuageux

Continué à moissonner l'avoine au grand chaman allant chercher le passage avec la lieuse

Le matin avons fait les passages au blé ? du souleilla

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 8 Juillet 2021

Dimanche 8 juillet 1951 - couper l'avoine

Temps lourd vent marin très orageux quelques gouttes de pluie à la nuit

Avons fait les passages à l'avoine du fond au grand champ et le soir l'avons coupée 1 ha

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 7 Juillet 2021

Lauragais d'antan : préparer la récolte de maïs
Quand octobre 1952 est là, les métayers se consacrent aux labours et aux préparatifs de la récolte de maïs. Les incendies qui ont eu lieu chez leur ancien proprétaire ne leur disent rien qui vaille... Et s'ils en étaient accusés ?
 
Nouvel épisode de la saga lauragaise Ceux de la borde Perdue

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Repost0

Publié le 7 Juillet 2021

Samedi 7 juillet 1951 - le tracteur et l'esparcette

Vent marin chaud 

Avons continué à couper l'avoine au grand champ 

Gaston est venu nous couper l'avoine du champ du hangar avec le tracteur

Pech est venu nous voir le fourrage esparcette

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 6 Juillet 2021

Vendredi 6 juillet 1951 - l'avoine du grand champ

Beau temps chaud 

Avons continué à faire des passages à l'avoine du grand champ

Le soir avons commencé avec la lieuse en allant chercher passage tellement elle a été couchée par les pluies. Fine est allée à Villefranche vendre des pigeons à 400 f la paire

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 5 Juillet 2021

Vendredi 5 juillet 1951 - les passages à l'avoine

Temps frais ciel couvert

Avons commencé à faire des passages à l'avoine du champ du hangar. Gaston est venu voir pour venir moissonner

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 4 Juillet 2021

Jeudi 4 juillet 1951 - Des orages sur les Pyrénées

Beau temps orageux orages sur les Pyrénées et sur Toulouse à la tombée de la nuit 

Avons sarclé les haricots et biné les betteraves et continué à biner les vignes

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Repost0

Publié le 3 Juillet 2021

Lauragais d'Autrefois (136) : les repas du soir à la métairie

Depuis quelques semaines déjà, nous explorons la table lauragaise, les repas traditionnels des métairies. Nous poursuivons cette plongée dans les souvenirs du quotidien grâce au témoignage de Berthe. Aujourd'hui Nous nous intéressons aux repas du soir qui selon la saison, les produits ou la difficulté des travaux étaient adaptés...

"Le soir, une bonne salade du jardin, de la charcuterie, des restes du midi, les jours de grande labeur, un gratin de macaroni, ou des pâtes, une volaille ou un lapin, rôti, des pommes de terre direct du champ à la sauteuse, du fromage, une tartine de confiture.

A noter qu’en été l’on soupait vers 17 h 30 pour ensuite revenir travailler aux champs jusqu’à la tombée de la nuit.

L’hiver une soupe au pain avec du fromage râpé gratinée dans le four de la cuisinière à bois, qui ronronnait en complément du feu de cheminée.

L’hiver toujours la soupe aux choux avec confit de porc et pommes de terre , pain rassis et râpé.

Le millas, dans un chaudron en cuivre dans la grande cheminée que la mère de famille tournait sans cesse très longtemps puis les hommes attrapaient le chaudron et le déversaient sur une table recouverte d’un torchon, le millas s’étalait en un grand cercle que l’on découpait en morceaux, une fois tiédi, et on le dégustait  avec une sauce et au dessert avec du sucre ou de la confiture, le lendemain et les jours suivants on le faisait griller sur les braises.

On mangeait peu de poisson, mais il existait ces fameuses sardines salées séchées vendues dans des contenant en bois placés devant la devanture des épiceries, ou au marché où étaient bien rangées en rond ces sardines que l’on mangeait au déjeuner : sur une tranche de pain on la décortiquait avec un couteau, les adultes adoraient, les enfants beaucoup moins..."

A suivre...

Un grand merci à Berthe pour ce témoignage savoureux à déguster en plusieurs épisodes

 

Ce post fait partie de la série sur le Lauragais agricole d'autrefois. Vos contributions seront les bienvenues comme rappelé dans ce post-ci : Ecrivons ensemble le Lauragais agricole d'autrefois (cliquer dessus)

Pour retrouver facilement ces posts et les voir dans leur ensemble vous pourrez cliquer sur la nouvelle catégorie du blog : Lauragais agricole d'autrefois ou sur l'onglet en haut de page. Ils seront également écrits en bleu pour les distinguer des posts du quotidien de la vie d'Emile.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #Lauragais agricole d'autrefois

Repost0

Publié le 3 Juillet 2021

Mardi 3 juillet 1951 - le petit champ sous le grand bois

Vent marin très calme et très chaud

Avons fini de sarcler le maïs le matin au champ des Aygalots et le soir le petit champ sous le grand bois

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 2 Juillet 2021

Lundi 2 juillet 1951 - la houe

Beau temps chaud 

Avons continuer à sarcler du maïs aux aygalots et j'ai fini d'y passer la houe

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 1 Juillet 2021

Dimanche 1er juillet 1951 - la jeune vigne

Beau temps - Le matin avons sulfaté la jeune vigne 3kg de cuivre et le même volume de chaux. Le soir j'ai commencé à la biner

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0