Publié le 7 Novembre 2020

Lundi 7 novembre 1960 - la charrette de fourrage et le vin

Pluie le matin

Avons descendu une charrette de fourrage de la Ginelle. Bonhoure nous a pris 512 litres de vin à 35F le litre =17820 F

Avons mis une baladeuse aux poulaillers

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 7 Novembre 2020

photo coll. Rouzaud

photo coll. Rouzaud

Cette photo adressée par J.C. Rouzaud a été prise lors d'un concours de labour en 1957 ou 1958 à l'ancienne coopérative du Marès sur la commune d'Avignonet-Lauragais.

Au cours de ces épreuves qui peuvent mener les lauréats jusqu'au concours national en se qualifiant au fur et à mesure des étapes locales, départementales puis régionales, les concurrents font montre de leur savoir-faire. La régularité des sillons, leur profondeur, leur précision sont autant de critères évalués au regard du temps donné pour l'épreuve.

En France, le premier concours national fut lancé en 1954. A l'époque où la mécanisation était en plein développement, c'était aussi un moyen de réunir les agriculteurs pour parler et échanger sur ces techniques nouvelles et la pratique du métier en plein évolution. Les tracteurs se sont en effet démocratisés dans les campagnes après la 2nde Guerre Mondiale grâce au plan de modernisation et d'équipement de l'agriculture notamment.

Le ministère éditait notamment des brochures pour inciter à investir dans un tracteur (voir ci-après).

Sur le même thème, labours profonds et charrue balance, voir article précédent ici : http://www.lescarnetsdemile.fr/2020/08/lauragais-d-autrefois-91-les-labours-profonds-et-la-charrue-balance.html

Merci à J-C. Rouzaud pour la photo partagée.

Ce post fait partie de la série sur le Lauragais agricole d'autrefois. Vos contributions seront les bienvenues comme rappelé dans ce post-ci : Ecrivons ensemble le Lauragais agricole d'autrefois (cliquer dessus)

Pour retrouver facilement ces posts et les voir dans leur ensemble vous pourrez cliquer sur la nouvelle catégorie du blog : Lauragais agricole d'autrefois ou sur l'onglet en haut de page. Ils seront également écrits en bleu pour les distinguer des posts du quotidien de la vie d'Emile.

 

doc. coll. S.Saffon
doc. coll. S.Saffon

doc. coll. S.Saffon

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #Lauragais agricole d'autrefois

Repost1

Publié le 6 Novembre 2020

Dimanche 6 novembre 1960 - le cimetière

Nous sommes allés au cimetière à Montmaur. Après souper, nous sommes allés à la Castagne.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 5 Novembre 2020

Samedi 5 novembre 1960 - la milliaire

Labouré à la milliaire de la Ginelle

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 4 Novembre 2020

Lauragais d'antan : farinettes, oreillettes et poule-au-pot

Février 1952

Autour d'un repas, les destins se nouent et les horizons s'éclaircissent ou s'assombrissent.

La poule-au-pot sent la volaille, la farce riche, les légumes de saison et la convivialité.

Un nouvel épisode de la Borde Perdue réunit tous ces fumets :

https://www.bordeperdue.fr/post/chapitre-16-chouette-perdrix-et-vieille-soupière

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Repost0

Publié le 4 Novembre 2020

Vendredi 4 novembre 1960 - les cabosses de maïs

Plus dans la soirée

Fini de ramasser les cabosses et continué à labourer à la milliaire

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 3 Novembre 2020

Jeudi 3 novembre 1960 - les labours

Beau

Labouré à la milliaire de la Ginelle

Visite Izard *

*le médecin de famille

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 2 Novembre 2020

Mercredi 2 novembre 1960 - les cabosses

Beau

ramassé des cabosses de maïs et le soir labouré à la milliaire

La CAL a retiré 177 saches de maïs pour Castaing

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 1 Novembre 2020

Mardi 1er novembre 1960 - Payer les travaux

Le matin j'ai payé

Malrieu 33840

et Garoste 42000

75840

Après dîner nous sommes allés à la Castagne.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 31 Octobre 2020

lundi 31 octobre 1960 - 9 voyages

Fini de déménager de Roou à la Castagne. J'ai fait un voyage. J'ai fait en tout 9 voyages

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 31 Octobre 2020

photo Coll.Nardèse

photo Coll.Nardèse

La période de confinement que nous vivons - pour la deuxième fois cette année - est-elle inédite ? Elle l'est par sa dimension, sa durée et son étendue. 

Cependant, en faisant quelques recherches, on s'aperçoit tout de même que, dans les campagnes lauragaises, des périodes d'isolement ou de quarantaine ont été vécues en différentes circonstances provoquées non seulement par la maladie mais également par les aléas climatiques (neiges importantes, inondations...). Passage en revue de ces situations exceptionnelles...

1952 : la fièvre aphteuse

La fièvre aphteuse est cette épizootie que redoutent les éleveurs. C'est une maladie virale qui touche bovins, ovins, caprins, porcins et plus largement tous les animaux à sabots fendus. Elle est d'une grand contagiosité et a pour les éleveurs des terribles conséquences économiques.

Dans la période qui nous préoccupe sur ce blog, deux vagues sont à noter : l'une en 1938 et l'autre en 1952. Elle se manifestait par une température élevée, des aphtes et une surproduction de salive. Parfois les animaux atteints maigrissaient et s'ils parvenaient à s'en remettre, c'était rarement le cas pour les plus jeunes.

Elle n'était pas transmissible à l'homme ou alors rarement et avec des symptômes assez bénins.  

L'inquiétude suscitée par la contagion amenait alors les autorités à mettre en quarantaine certaines fermes ou métairies atteintes pour ne pas que se répande le virus d'un élevage à l'autre. La famille entière, réunie, vivait alors à l'isolement.

Aimé Boyer se souvient de l'épisode de 1952 :

" On déplorait beaucoup de pertes de jeunes bovins, les maisons étaient mises à l'isolement quarante jours durant.

Pour porter les prélèvements au laboratoire, on sollicitait les gendarmes qui étaient chargés de cette tâche. Il n'y avait pas de téléphone aussi pour communiquer, on avait posé une caisse dans la haie à la limite dela propriété. Un chiffon blanc déposé en vue signalait un besoin des habitants. C'était leur seul lien avec l'extérieur, leur seul moyen de communication bien ténu. Nous qui n'avions pas nos animaux atteints allions voir et prenions en charge : besoin de médicaments, de provisions ou autre... On reposait le torchon qui servait de signal quand le service était rendu. Aucun produit bovin ne devait sortir de la ferme, fumier compris. Des pédiluves étaient installés. C'était bien compliqué surtout que ces animaux comme les boeufs de trait ne pouvaient plus travailler. "

 

Dans les carnets d'Emile, on trouve la mention suivante de la main de Jean, le père d'Emile, datée du 27 février 1952 :

Paulette Durand, sa belle-fille, confirme la difficulté de ces moments  :

"En février 1952, j'ai accouché de ma première fille. Nous avons été très inquiets, c'était un bébé prématuré et fragile. Dans l'étable nous avions boeufs et vaches atteints de la fièvre aphteuse que le vétérinaire venait à peine de diagnostiquer. Les visites ont donc été proscrites et la plus grande prudence était de mise. Même le docteur pour venir ausculter le bébé prenait mille précautions pour s'approcher de chez nous en changeant notamment de chaussures à distance."

 

Quelques jours plus tard , dans le carnet on confirme la difficulté de la situation :

 

Les gendarmes sont venus pour établir un rapport sur la situation sanitaire. Etaient alors mises en quarantaine, les seules exploitations touchées par la maladies. Cependant, la période n'a pas duré plus d'un mois et le jeune bovin a été la seule perte. Les boeufs se sont remis et ont repris le travail pour passer la herse dès le 12 mars. Les visites à la ferme ont recommencé fin mars.

 

1956 : la neige et le froid

 

D'autres situations dues à la météo conduisaient parfois à des isolements forcés. Comme lorsqu'il y avait beaucoup de neige.

Paulette Durand se souvient :

"Certains hivers, la neige était si importante qu'il nous était impossible de quitter la ferme. Nous étions isolés du monde tant que la neige ne fondait pas, cela ne serait en général pas plus de quelques jours. En 1956, le grand froid nous a compliqué la vie. Les températures étaient telles que la glace sur la mare supportait le poids des boeufs et nous avions bien du mal à la casser chaque matin pour les abreuver."

Berthe Tissinier confirme :

"Durant cet hiver 1956 le confinement a dû être forcé et naturel mais dans les fermes il y avait de quoi subsister : du lait, des légumes secs, des volailles, des cochonnailles, du confit, du vin et de l'eau de vie !

On faisait du millas qui servait de pain et de dessert, les confitures de l'été, on faisait du beurre avec la crème de lait que l'on remuait pendant des heures dans une grande conserve, chacun à tout de rôle la secouait, cela vous faisait les bras !

La vie n'était pas la même qu'aujourd'hui, on allait chez l'épicier moins souvent. Et dès qu'on le pouvait, on s'entraidait entre voisins.

Le problème principal était pour avoir la visite d'un médecin si quelqu'un était malade..."

Des isolements qui ne duraient guère mais coupaient bel et bien les familles du reste du monde durant quelques jours...

 

NB : cet article avait déjà été proposé ici au mois d'avril...

Merci à Berthe, Paulette et Aimé pour leurs éclairages précieux.

Si vous avez des témoignages sur ces périodes particulières vécues dans les fermes et métairies lauragaises, n'hésitez pas à me les faire parvenir, je les publierai : lauragais@lescarnetsdemile.fr ou 0625549345

 

Ce post fait partie de la série sur le Lauragais agricole d'autrefois. Vos contributions seront les bienvenues comme rappelé dans ce post-ci : Ecrivons ensemble le Lauragais agricole d'autrefois (cliquer dessus)

Pour retrouver facilement ces posts et les voir dans leur ensemble vous pourrez cliquer sur la nouvelle catégorie du blog : Lauragais agricole d'autrefois ou sur l'onglet en haut de page. Ils seront également écrits en bleu pour les distinguer des posts du quotidien de la vie d'Emile.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #Lauragais agricole d'autrefois

Repost1

Publié le 30 Octobre 2020

Dimanch 30 octobre 1960 - déménager le bétail

Avons commencé de déménager à Roou. Avons fait trois voyages de bétail.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 29 Octobre 2020

Les activités hivernales à la métairie dans le Lauragais d'antan

Fumer les terres, envisager la semence du fourrage, faire des fagots de bois... malgré le froid de février, la métairie s'anime...

Un nouveau chapitre de Ceux de la Borde Perdue en témoigne : https://www.bordeperdue.fr/post/chapitre-15-les-apparitions

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Repost0

Publié le 29 Octobre 2020

Samedi 29 octobre 1960 - les sacs d'épis

Pluie

Fini de monter le dernier maïs

Castaing pour la CAL 2349

La CAL a retiré pour nous 100 sacs en épis.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 28 Octobre 2020

Vendredi 28 octobre 1960 -rouler l'orge

Vent d'autan

Labouré à la millière et passé le rouleau sur l'orge

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 27 Octobre 2020

Jeudi 27 octobre 1960 - l'orge et le vin

Avons semé l'orge et le vin autour du moulin du poivre

Semé 6 sacs

Je suis allé aider à déménager le vin de Roou.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 26 Octobre 2020

Mercredi 26 octobre 1960 - l'orge du moulin du poivre

Beau

Jeté 25 sacs de super à 50 kg pour semer l'orge autour du moulin du poivre

Semé 1 sac 1/2 de blé à la pointe sous la rigole

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 25 Octobre 2020

Mardi 25 octobre 1960 - les sacs

Pluvieux

Fini de monter les sacs de maïs. Le soir labouré à la millière

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 24 Octobre 2020

Lundi 24 octobre 1960 - le maïs

Ramassé le maïs avec Faugère tout le jour

325 saches machine

252 saches à la main

557

 

Donné à la Ginelle

76 grenier

178 hangar

254

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 24 Octobre 2020

Lauragais d'Autrefois (100) : ces drôles de surnoms occitans

A la lecture du web roman feuilleton Ceux de la Borde Perdue (www.bordeperdue.fr), voyant que la famille malchanceuse est surnommée « les maffrés » par les villageois, Aimé Boyer s’est souvenu qu’on utilisait beaucoup de surnoms dans les campagnes et notamment en occitan.

Il a essayé d'en dresser une petite liste.

« C’était très courant surtout dans la période d’avant-guerre. Il y en avait tellement que quelquefois, on ne connaissait plus le vrai nom de famille des gens, écrit-il. Moi par exemple, on m’appelait le parlaire (le parleur/le bavard) ».

Ces surnoms émanaient souvent d’un trait de caractère, d’une caractéristique physique, d’une attitude notable, d’une anecdote, d’un métier, d'un animal possédé. Parfois on en héritait de génération en génération jusqu’à en oublier l’origine. Le plus souvent, ces surnoms étaient utilisés affectueusement ou amicalement. Mais parfois cela pouvait être moins le cas…

 

Cela allait des noms d’oiseaux…

Le Rossinhòl (le rossignol)  

La Lauseta (l’alouette)      

Le Cocut (le coucou mais pas seulement…)

Le Piot/la Piota (le dindon/la dinde mais aussi le sot/la sotte)               

Le Pol (le coq)          

 

A d’autres noms très variés…

Le Ramonet (le maître valet)

Le Ninet/ la Nineta (le petit,/la petite le bébé)

Le Cloc/la Cloca (qui se plaint, maladif -ve )

Le Repopet (le jeune veau)

L’Afairat o l’Afanat (l’affairé, le pressé)

L’Ase negre (l’âne noir)

Le Mostachut (le moustachu)

Le Manjafavas (le mangeur de fèves)

Le Mostenc (le flétri)

Le Chapotièr (le mauvais bricoleur)

Le Rossèl (le blond)

Le Ros/la Rossa (le roux/la rousse)

 

Merci à Aimé Boyer d'avoir constitué cette liste surprenante et amusante.

 

Si vous connaissez d'autres surnoms (de gens mais aussi de maisons, de lieux...), n'hésitez pas à me les adresser. Nous complèterons la petite collection de ce post ensemble au fur et à mesure. Vous pouvez m'écrire à lauragais@lescarnetsdemile.fr 

Ce post fait partie de la série sur le Lauragais agricole d'autrefois. Vos contributions seront les bienvenues comme rappelé dans ce post-ci : Ecrivons ensemble le Lauragais agricole d'autrefois (cliquer dessus)

Pour retrouver facilement ces posts et les voir dans leur ensemble vous pourrez cliquer sur la nouvelle catégorie du blog : Lauragais agricole d'autrefois ou sur l'onglet en haut de page. Ils seront également écrits en bleu pour les distinguer des posts du quotidien de la vie d'Emile

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #Lauragais agricole d'autrefois, #Occitan

Repost1

Publié le 23 Octobre 2020

Dans le nouvel épisode de la Borde Perdue, il est question non pas des petites lessives qu'on appelait les ruscadas en occitan mais des grandes lessives de draps la granda bugada (la grande buée). Blanchir les draps avec des cendres, les rincer dans le cours glacé des ruisseaux : travail complexe à retrouver dans le nouvel épisode de Ceux de la Borde Perdue : La granda bugada

 

Les lavandières d'autrefois dans le Lauragais

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Repost1

Publié le 23 Octobre 2020

Dimanche 23 octobre 1960 - des métayers déménagent

Nous sommes allés déménager du grain de Roou à la Castagne. Passé le rouleau sur le blé.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 22 Octobre 2020

Samedi 22 octobre 1960 - les 6 sacs de blé

Commencé à semer  le blé. semé le champ derrière la maison 6 sacs

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 21 Octobre 2020

Vendredi 21 octobre 1960 - rouler l'avoine

vent d'autan

Passé les canadiennes à la pointe. La bourré  à la millière et passé le rouleau sur l'avoine

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 20 Octobre 2020

Jeudi 20 octobre 1960 - Semer l'avoine

Orageux - un peu de pluie

Avons semé l'avoine au champ sous la Perrière et au fond de la pointe en tout 8 sacs.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0