Publié le 31 Janvier 2020

Dimanche 31 janvier 1960 - la grippe

Gelée beau

Fait du bois. Visite I* pour mémé qui a la grippe

*le médecin

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 30 Janvier 2020

Le foirail de Baziège

Le foirail de Baziège

La traction animale, lorsqu'elle était encore la force motrice principale de travail, générait beaucoup de transactions. Il était important pour le paysan d'avoir des paires de boeufs homogènes, dociles, calmes et beaux. Les nombreuses foires et multiples marchés drainaient vendeurs et acheteurs de tout un territoire.

Aux grande foires de Salies-du-Salat, Mirepoix, et aussi dans l’Aveyron, on trouvait de solides et rudes animaux qui avaient passé l’été en estive. La race gasconne à la robe gris foncé, excellente pour la traction, était particulièrement prisée. 

La mena

Pour les acquérir et les récupérer, les maquignons partaient en voiture à plusieurs et revenaient à pied en accompagnant les bêtes. Ce déplacement étaient appelé la mena en occitan.

Aimé se souvient : "A deux reprises, j’ai été invité à participer, à cette aventure. Car, oui, c’était une aventure ! Les maquignons se regroupaient et partaient la veille avec une auto (une traction avant Citroën 15 ou 11). Le lendemain, dès 3 heures du matin, les meneurs, s'arrêtaient en route pour un petit déjeuner. Puis,  en arrivant, on commençait à rassembler les animaux marqués avec les ciseaux, au dessus de la cuisse, à côté de la queue. Le troupeaux était composé de bœufs, de braus (veaux d'un an environ), de vaches, de génisses. 

Vers deux heures de l’après-midi, nous étions prêts pour la première étape. Ces animaux qui descendaient de l'estive se regroupaient assez rapidement. Lorsque nous sortions de la ville, les rues avaient été désertées pour l’occasion. Une fois dans la campagne, j’ai compris pourquoi j’avais été invité.

En effet, sur la route, les bêtes commençaient à prendre le large, dans les champs autour, il y avait de l’herbe, des arbres, autant de tentations pour eux.

       J’avais 16 ou 17 ans et j’étais très véloce, pour traverser le fossé, un bond me suffisait. Mais les bêtes repartaient de l’autre côté.  Pichon - c'est ainsi qu’on m’appelait -  passa delà ! me criait-on (Petit, passe là-bas !). Nous suivions les chemin de traverse (les carretals) qui étaient bien entretenus en raison des passages fréquents. Il n’y avait pas des chemin empierré, il y avait des sources à niveau constant.      Plus loin en avant, les deux voitures passaient au devant pour vérifier les obstacles possibles et prévenir les agriculteurs du passage du troupeau Il valait mieux que leurs bêtes ne voient pas le troupeau qui déambulait."

 

Station de nuit

        La nuit avec les animaux avait était prévue au préalable. L'arrêt se faisait chez des amis, des connaissances. Un carré de pré avait été clôturé pour l'occasion, avec des piquets et des fils, il y avait du foin et de de l’eau.

       Aimé poursuit : "Nous allions manger, à tour de rôle, une portion au restaurant du coin. Les maquignons dormait à l’hôtel et nous, les meneurs couchés dans la paille, dans une couverture, au plus près des animaux. Ça faisait partie du jeu. Nous repartions le lendemain, tôt, dès le point du jour."

 

Un curieux cortège

"En route, on nous apportait un copieux petit déjeuner fait de la cochonnaille et autres victuailles bien arrosées. En route les gens venaient nous voir passer : les enfants, les anciens qui nous racontaient leurs parcours.

      Nous arrivions enfin à Caraman à la tombée de la nuit. Là on rejoignait un pré, aménagé comme celui de l’étape. Des amis des maquignons venaient récupérer les animaux de chacun d'entre eux. C’était un moment agréable, nous passions presque pour des héros. Et j'ai eu la chance de vivre cette expérience."

              

L'arrivée du camion, la fin de la mena

"Nos maquignons se sont ensuite cotisés pour acheter un gros camion, s’allouer les services d'un chauffeur et ont fait aussi du transport pour d’autres personnes. En suivant cet exemple, d’autres personnes se sont équipées à leur tour de petites bétaillères et portaient des animaux chez les particuliers ou sur les marchés de la région. Veaux, porcelets, etc...

          Certains sont devenus négociants en jeunes veaux (repopets).

Aujourd’hui bien-sûr, rien n'est plus pareil. Tout ce système commercial a disparu. Sur la canton de Caraman, au début des années 60, on recensait plus de 5000 têtes de bovins, aujourd'hui je crois qu'il y en a à peine plus de 600".

 

Merci à Aimé pour ce témoignage très éclairant et rare et à Serge Arnaud pour le document iconographique.

Ce post fait partie de la série sur le Lauragais agricole d'autrefois. Vos contributions seront les bienvenues comme rappelé dans ce post-ci : Ecrivons ensemble le Lauragais agricole d'autrefois (cliquer dessus)

Pour retrouver facilement ces posts et les voir dans leur ensemble vous pourrez cliquer sur la nouvelle catégorie du blog : Lauragais agricole d'autrefois ou sur l'onglet en haut de page. Ils seront également écrits en bleu pour les distinguer des posts du quotidien de la vie d'Emile.

             

 

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 30 Janvier 2020

Samedi 30 janvier 1960 - du bois encore

Gelée beau

Avons continué à faire du bois au fond du pré

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 29 Janvier 2020

Vendredi 29 janvier 1960 - le bois

Pluie la nuit.

Avons coupé du bois au pré

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 28 Janvier 2020

Jeudi 28 janvier 1960 - 3 remorques de fourrage

Pluie dans la nuit, belle journée

Porté 3 remorques de fourrage de la G. ici.

Visite I* pour mémé

le médecin

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 27 Janvier 2020

Les 4 saisons du Lauragais (photos B.Alasset, Insta : bruno31290)

Les 4 saisons du Lauragais (photos B.Alasset, Insta : bruno31290)

Bienvenue sur le blog "Les carnets d'Emile". Ici se raconte le Lauragais agricole d'autrefois, celui des années 40 et 50. Le Lauragais, cette zone géographique d’Occitanie, à l'intersection de quatre départements : Haute-Garonne, Aude, Tarn et Ariège est historiquement de tradition rurale,  domaine du vent d’autan et de l'occitan languedocien que les anciens préfèrent appeler le patois.

Vous pouvez naviguer sur ce blog en utilisant les onglets, en haut de la page, pour avoir les articles par thématique :

- "Au quotidien" regroupe les pages de l'authentique carnet de travail du métayer, Emile, mon grand-père, d'il y a exactement 60 ans.

- "Lauragais Agricole d’Autrefois" compile photos d'époque et témoignages exceptionnels que les lecteurs m’adressent en réponse à mon appel du mois d'août (cliquez ici). On y traite techniques de travail, cultures, vie quotidienne à la métairie, traditions, proverbes...

Vous pouvez aussi retrouver les carnets d'Emile sur Twitter : @carnetsemile et Instagram : lescarnetsdemile

Onglet "Au quotidien", une mémoire du travail

Chaque soir, le métayer couchait sur le papier sa journée de travail et son quotidien : détail de ses activités agricoles, considérations météorologiques, événements familiaux ou collectifs (fête locale…).

Cet homme, c'était mon grand-père. Il ne s'appelait pas tout à fait Emile, je respecte son extrême pudeur en lui laissant son anonymat. C'était un taiseux qui écrivait ! On ne trouvera, au long des pages, ni envolées lyriques ni colériques :  les sentiments ne se disaient pas, ni ne s’écrivaient, il les gardait pour lui, comme souvent à la campagne, à cette époque.  Il ne s'intéresse qu'aux faits puisque ces carnets doivent pouvoir servir pour la suite de la vie à la ferme, ils servent de référence pour comparer, expliquer, jauger les récoltes, les modes de culture, les gains…

A la suite de son père, il a ainsi écrit son travail de paysan des années 40 à la fin des années 80, saison après saison, d'une écriture soignée et avec une constance remarquable.

Ce témoignage est rare dans le monde paysan des années 50 et le caractère exceptionnel est encore renforcé par le fait que le métayage est, au milieu du XXe siècle, un mode d'exploitation déjà presque obsolète puiqu'il concerne seulement 3,4% des exploitations en 1954 selon l'INSEE.

Se révèle ainsi toute la difficulté d'être un miejaire, celui qui partage avec le propriétaire, le produit des quelques hectares qu'il travaille. Les petites parcelles viennent se nicher entre les coteaux joufflus du Lauragais et la Rigole de la plaine qui serpente vers le partage des eaux du Canal du Midi à Naurouze. Pour faire vivre les 4 générations qui habitent sous le même toit et participent toutes de la vie à la ferme, il faut déployer une énergie sans pareille. L'élevage permet de se nourrir et de compléter les revenus tout comme le potager aux dimensions conséquentes.

Emile écrit en creux le portrait d'un Lauragais aujourd'hui disparu, l'esquisse d'un métier exigeant engoncé dans des traditions que viennent percuter les progrès inouïs  des années 50, même si cette ‘exploitation, du fait du statut de « métayage" y accèdera à un rythme nettement plus lent.

Ces carnets ont longtemps reposé sur les étagères familiales avant que, grâce à ce blog, ils permettent d'évoquer ce Lauragais d'autrefois dont les paysages actuels portent encore les traces. Un dialogue à travers le temps...

Onglet "Lauragais agricole d'Autrefois", des témoignages, des documents d'époque

Depuis août 2019, face à l'intérêt des lecteurs et des témoignages reçus, ce blog est devenu participatif par la publication de photos, de documents d'époque, de témoignages que les lecteurs envoient. Chacun peut ainsi faire vivre la mémoire du monde agricole des années 40 au début des années 60.

Et il émane de ces témoignages des moments et des modes de vie parfois oubliés, des anecdotes surprenantes, des méthodes de travail aujourd'hui disparues, des curiosités proverbiales savoureuses…

Ensemble, nous pouvons faire vivre cette mémoire du travail et de la vie agricoles d'antan.

Bonne navigation sur "Les carnets d'Emile".

Bienvenue dans le Lauragais d'autrefois entre les pages des carnets d'Emile

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Repost0

Publié le 27 Janvier 2020

Mercredi 27 janvier 1960 - les bords avec les bœufs

Fini de labourer le sainfoin de la G. Fait  les bords avec les bœufs au champ sous le chemin des Clauzes. Visite I.* pour mémé qui a la grippe. A Roou sont venus. Castré 4 petits cochons 600 F.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 26 Janvier 2020

Mardi 26 janvier 1960 - Deux cochons

Vent d'autan humide

Tué 2 cochons en Touzet 144 et 164 kg

Fini de labourer le champ sous la Perrière 

Malrieu a fait des anneaux pour le palonnier de la herse

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 25 Janvier 2020

photo coll famille Nardèse

photo coll famille Nardèse

A la saison d'automne, commençait la période du gavage des canards gras. Les canards avaient été élevés depuis la fin de l'été en plein air puis durant 3 semaines étaient gavés avant d'être vendus prêts à être transformés ou, selon le choix de l'acquéreur, déjà transformés. Les confits, les foies gras, les salés sont autant de savoir-faire que l'on mettait ainsi en valeur. Selon les métairies, on faisait le choix de gaver les canards, des mulards pour la plupart, au maïs blanc ou au maïs jaune. Cette espèce est un croisement de canard de barbarie et de Pékin.

A l’âge de 3 ou 4 semaines, les canards étaient élevés en plein air, sortis le matin et rentrés le soir en raison de la présence possible de prédateurs tels le renard ou la belette.

Berthe se souvient : "Avant d’en arriver là, la cane couvait ses œufs et au terme de quelques semaines apparaissaient de petits canetons. Commençait alors un long travail de surveillance de toute cette petite famille car la cane suivait le cours d’un petit ruisseau et se perdait avec sa petite famille dans la campagne. Combien d’heures avons-nous passé à arpenter la campagne à leur recherche pour les ramener à la maison ? Ma mère mettait à intervalles réguliers des œufs à couver pour pouvoir, l’hiver venu, gaver une couvée lorsque la précédente était mise « en salé ». Cet élevage demandait un suivi particulier car il fallait en amener le plus grand nombre possible jusqu’au gavage."

Le gavage commencait, vers 13 ou 14 semaines, pour une période d’une trois semaines Avec un entonnoir muni d’une manivelle entraînant une vis sans fin, un embuc, on remplissait le jabot du canard avec du maïs préalablement gonflé à l’eau. On s’astreignait à cet exercice matin et soir. La femme chargée de ce travail saisissait le canard qu’elle immobilisait entre les jambes, parfois dans une caisse de bois munie d’un couvercle à rabat sur lequel elle s’asseyait permettait de ne laisser dépasser que le cou de l’animal puis elle introduisait l'embuc tandis qu’elle aidait d’une autre main à faire circuler le grain vers le jabot. De son savoir-faire dépendait la réussite de l’entreprise. Il fallait connaître les canards pour les gaver de manière optimale sans atteindre l’excès qui pouvait leur être fatal.

Berthe témoigne : "Le gavage se faisait le matin très tôt et le soir très tard, avec du maïs blanc récolté à la ferme. C’était un travail supplémentaire très dur pour les femmes. Au terme de trois semaines, environ, les canards étaient prêts. La veille on les faisait jeûner, le matin avec l’aide des hommes de la maison les canards étaient « saignés », puis plumés par mes sœurs et de cousines venues ainsi passer quelques jours à la maison. Plumage à sec d’abord car on gardait le duvet pour en faire les fameux édredons (la couette du temps jadis) qui nous tiendraient chaud tout l’hiver, ou bien vendre ce duvet aux chiffonniers qui passaient alors dans les campagnes."

Dans les années 50, le foie gras était déjà un produit de luxe et, même à la métairie, il etait réservé aux occasions spéciales telles les fêtes de famille, à l’occasion, par exemple, d’un baptême, d’un mariage mais il pouvait aussi être servi lors des grandes tablées réunies pour les vendanges, la dépiquaison ou lorsqu’on tuait le cochon.

Dans le cadre du métayage, on partageait avec le propriétaire comme le raconte Berthe : "Le lendemain les patrons venaient chercher leur part, c’était prévu dans le contrat, et bien entendu ils choisissaient….les plus beaux ! Mais c’était le jeu !"

Berthe se rappelle encore de la préparation qui suivait: "Venait alors le découpage et la mise au sel. Le lendemain était réservé à la cuisson, dans un grand chaudron en cuivre, et la mise dans les grand pots de grès, on recouvrait la viande de graisse chaude, le lendemain ou le surlendemain quand la graisse avait bien pris, on recouvrait le pot d’un épais papier kraft sur lequel on notait la date et l’on remisait ces pots au frais, sur la plus haute étagère de la cuisine ou d’une pièce froide, cela assurait la nourriture pour toute l’année."

Une grande partie était destinée à la consommation de la famille, des clients fidèles viennent à la métairie se servir directement mais on écoule aussi cette marchandise sur les foires et marchés du secteur. On gavait ainsi plusieurs petites cohortes de canards d’affilée à la fin de l’automne et au début de l’hiver.

Mes remerciements à Berthe et sa famille pour le témoignage et le cliché présenté.

Ce post fait partie de la série sur le Lauragais agricole d'autrefois. Vos contributions seront les bienvenues comme rappelé dans ce post-ci : Ecrivons ensemble le Lauragais agricole d'autrefois (cliquer dessus)

Pour retrouver facilement ces posts et les voir dans leur ensemble vous pourrez cliquer sur la nouvelle catégorie du blog : Lauragais agricole d'autrefois ou sur l'onglet en haut de page. Ils seront également écrits en bleu pour les distinguer des posts du quotidien de la vie d'Emile.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #Lauragais agricole d'autrefois, #Occitan, #Lauragais, #Occitanie

Repost0

Publié le 25 Janvier 2020

Lundi 25 janvier 1960 - le bois et le fourrage

Pluie dans la nuit beau - Fait du bois à la mare du pré. J'ai réglé le fourrage chez Pech - 62600 F 

Le Seloudres sont venus

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 24 Janvier 2020

Dimanche 24 janvier 1960 - les fèves

Vent d'autan

Semé des fèves

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 23 Janvier 2020

Samedi 23 janvier 1960 - du bois

Vent d'autan -

Tué le cochon à Montmaur. Travaillé à faire du bois

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 22 Janvier 2020

Vendredi 22 janvier 1960 - Tuer le cochon

Beau

Avons tué le cochon à la G. 156 kg.

Jeté du Super sur le fourrage du Poste. Fait du bois

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 21 Janvier 2020

Jeudi 21 janvier 1960 - faire du bois

Beau

Avons fait du bois. Fini au champ du poste est commencé à la mare du pré

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 20 Janvier 2020

Mercredi 20 janvier 1960 - Des fagots

Beau

Fait du bois et des fagots au champ du poste

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 19 Janvier 2020

coll.Rouzaud

coll.Rouzaud

Au fil des pages des carnets d'Emile, au cours des témoignages publiés ici, nombreuses sont les mentions qui concernent les animaux de trait et les boeufs en particulier. Nous les avons déjà évoqués lors d'un article (voir ici), intéressons-nous aujourd'hui aux différents clichés reçus les concernant. Chevaux, boeufs sont, encore dans les années 50, largement mobilisés pour tracter les charrettes de foin, tracer les sillons avec le brabant, affiner la terre avec la herse et tant d'autres tâches encore.

Les boeufs sont souvent de race gasconne comme nous l'avait rappelé Aimé B. dans l'article cité précédemment et on leur portait un soin très attentif car ils constituaient la force motrice de l'exploitation.

Par paire, arnaché d'un joug qui devait être le plus ajusté possible pour ne les blesser, les boeufs parcouraient ainsi les champs avec l'homme qui les conduisait avec l'agulhada ou tocado (aiguillon).

Voici grâce à nos contributeurs nombreux un aperçu des bêtes de trait au travail.

Lexique occitan :

bœuf : buòu

cheval : caval

joug : jo

pare-mouches (émouchette) : moscalh

aiguillon : agulhada, tocado

Merci à tous les contributeurs des carnets d'Emile pour le partage des ces photographies : famille Nardèse, Aimé Boyer , Laure Pagès, Serge Arnaud, Christiane et Jean Françoise Bruno, Jean-Claude Rouzaud

Ce post fait partie de la série sur le Lauragais agricole d'autrefois. Vos contributions seront les bienvenues comme rappelé dans ce post-ci : Ecrivons ensemble le Lauragais agricole d'autrefois (cliquer dessus)

Pour retrouver facilement ces posts et les voir dans leur ensemble vous pourrez cliquer sur la nouvelle catégorie du blog : Lauragais agricole d'autrefois ou sur l'onglet en haut de page. Ils seront également écrits en bleu pour les distinguer des posts du quotidien de la vie d'Emile.

coll.Rouzaud
coll.Rouzaud

coll.Rouzaud

photo coll. famille Nardèse

photo coll. famille Nardèse

photo coll. Serge Arnaud

photo coll. Serge Arnaud

coll. Jean-François et Christiane Bruno

coll. Jean-François et Christiane Bruno

photo coll. Laure Pagès
photo coll. Laure Pagès

photo coll. Laure Pagès

Photo coll. Aimé Boyer

Photo coll. Aimé Boyer

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 19 Janvier 2020

Mardi 19 janvier 1960 - les 8 sacs de blé

Brumeux doux

Avons empoché 8 sacs de blé pour la CAL

Fait du bois

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 18 Janvier 2020

Lundi 18 janvier 1960 - l'argent du maïs

Dégel

Je suis allé à Castelnaudary. Perçu le dernier argent du maïs

36430

94590

------

131020 pour 6310 kg

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 17 Janvier 2020

Bus de ligne 1938 Airoux Castelnaudary Revel Villefranche- collection Rouzaud

Bus de ligne 1938 Airoux Castelnaudary Revel Villefranche- collection Rouzaud

Dans un précédent post, nous avions évoqué les déplacements de la famille rurale en Lauragais dans les années 30 à 50 alors que l'automobile, selon les situations financières, tardait encore à arriver dans la cour de la ferme (voir ici).

Motocyclettes, bicyclettes étaient des moyens de transport plus répandus mais nécessitaient parfois d'organiser l'emploi du temps de chacun des membres de la famille selon l'endroit où il avait à se rendre, ce qu'il avait à transporter et le moment choisi. Les différents témoignages ont aussi mis en lumière que pour les distances de proximité, on marchait beaucoup à pied. C'était le cas pour se rendre  la veillée chez les voisins, au village, à la messe.

Pour les marchés et les foires, pour faire quelques achats ou se rendre chez le docteur, on empruntait la ligne de bus lorsqu'elle s'arrêtait à proximité de la métairie ou au village. Pour de rares sorties scolaires des enfants ou la participation à des voyages organisés, on prenait également l'autocar.

En voici 2 exemples datant d'époques différentes, 1938 et 1952.

Mes remerciements à J-C. Rouzaud pour le partage des clichés de sa collection. D'autres suivront bientôt pour illustrer d'autres thématiques.

Ce post fait partie de la série sur le Lauragais agricole d'autrefois. Vos contributions seront les bienvenues comme rappelé dans ce post-ci : Ecrivons ensemble le Lauragais agricole d'autrefois (cliquer dessus)

Pour retrouver facilement ces posts et les voir dans leur ensemble vous pourrez cliquer sur la nouvelle catégorie du blog : Lauragais agricole d'autrefois ou sur l'onglet en haut de page. Ils seront également écrits en bleu pour les distinguer des posts du quotidien de la vie d'Emile.

 

Sortie à la montagne 1952 - collection Rouzaud

Sortie à la montagne 1952 - collection Rouzaud

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #Lauragais agricole d'autrefois, #Lauragais, #Occitanie

Repost0

Publié le 17 Janvier 2020

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 16 Janvier 2020

Samedi 16 janvier 1960 - nettoyer le tracteur

Neige glace

Réparé des sacs

Nettoyé le tracteur et bricolé dans la maison

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 15 Janvier 2020

Vendredi 15 janvier 1960 - les bûches et le fourrage

Forte gelée

Scié des bûches au verger, le soir descendu du fourrage de la G.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 14 Janvier 2020

Jeudi 14 janvier 1960 - faire des bûches

Dégal- Neige et forte gelée le soir

Le matin avons nettoyé le poulailler et le soir fait des bûches aux noyers du verger

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 13 Janvier 2020

Mercredi 13 janvier 1960 - Ranger

Neige glace

Fait des rangements dans la maison

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 12 Janvier 2020

Mardi 12 janvier 1960 - Repeindre la cuisine

Gelée - Neige -

Avons peint la cuisine

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0