Publié le 31 Octobre 2019

Samedi 31 octobre 1959 - des changements de métayers

Bruine  - Le matin passe la herse au champ noir. Le soir coupé des tronçons à la pointe. J. de la G. a déménagé à Malbouisse*. A Roou, ils sont venus voir Mr Paul pour finir l'affaire de la Castagne**

*l'autre métayer du propriétaire d'Emile déménage

** les beaux-parents d'Emile changent aux aussi de métairie à cette époque. C'est la période de l'année entre deux assolements à laquelle se produisent ces changements lorsqu'ils surviennent

Voir les commentaires

Rédigé par Syndicat

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 30 Octobre 2019

Vendredi 30 octobre 1959 - l'avoine et le canadien

Vent de cers froid - Semé l'avoine au champ long - Passé le canadien pour l'avoine au petit champ sous le pont et au champ du Roc

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 29 Octobre 2019

Jeudi 29 octobre 1959 - les tronçons et la milliaire

Vent de Cers froid - Labouré à la milliaire du champ du jardin - coupé des tronçons.

dans la marge : Saillie 2e fois vache viei

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 28 Octobre 2019

Mercredi 28 octobre 1959 - Les tronçons

Pluvieux - coupé des tronçons* - monté 25 saches de maïs à la G.**

*il s'agit des pieds de maïs restant dans les champs suite à la moisson

** une partie du stockage se faisait dans un hangar jouxtant la maison du propriétaire de la métairie à environ 300 mètres

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 27 Octobre 2019

Mercredi 27 octobre 1959 - la milliaire du champ

Beau - commencé à labourer la milliaire* du champ du jardin

*il s'agissait d'un champ où subsistait une borne milliaire, borne routière héritée des Romains pour marquer les distances

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 26 Octobre 2019

Deux époques de la récolte du maïs (récolter et descolefar)
Deux époques de la récolte du maïs (récolter et descolefar)

Deux époques de la récolte du maïs (récolter et descolefar)

Voici un témoignage d'Aimé sur la récolte du maïs avant la mécanisation :

 

"Dans le champ, il nous fallait un panier, quelques saches, et souvent un outil, le punto, ou alors à mains nues. Le punto, ce petit bout de bois pointu bien effilé,  servait à ouvrir l’enveloppe de l'épi (la cabòça) en deux par le milieu.

Cette opération faite on tirait vers le bas, pendant qu’une main tenait les deux parties de l’enveloppe, l’autre main coupait la cabosse au ras de la tige.  

Après la récolte, avec une faucille, on coupait les tiges (las cambòrlas), on faisait des tas, pour charger sur la charrette (la carreta) sans oublier de poser des râteliers pour faire un chargement plus large.

 

Pour libérer le champs afin de semer le blé ? les pieds de maïs pouvaient être coupés avec la faucille (la fauç).

On en faisait un grand tas, pour être les dépouiller (descolefar) à la veillée avec les voisins. La soirée se terminait souvent avec un vin chaud. ou alors avec une petite goutte de prune, histoire de goûter la nouvelle de l'année.

 

Les tiges étaient stockées car elles étaient consommées par les bovins qui en étaient gourmands. C'était surtout utilisé surtout pour remplissage, pour activer le rumen, la digestion ruminale.

Les tiges qui restaient, sorties du râtelier,  servaient de jalons, pour semer le blé, quand il était semé à la main."

Dans les carnets d'Emile, il est également mentionné que les jambes de maïs, las cambòrlas qu'il appelait aussi les tronçons, lorsqu'elles étaient en excès étaient réunies et brûlées au bord du champ.

Merci à Aimé pour son témoignage, à Serge et Berthe pour les photos témoignant de deux époques différentes de la récolte du maïs.

Le prochain post sera consacré au stockage du maïs, photos et témoignage à l'appui...

Ce post fait partie de la série sur le Lauragais agricole d'autrefois. Vos contributions seront les bienvenues comme rappelé dans ce post-ci : Ecrivons ensemble le Lauragais agricole d'autrefois (cliquer dessus)

Pour retrouver facilement ces posts et les voir dans leur ensemble vous pourrez cliquer sur la nouvelle catégorie du blog : Lauragais agricole d'autrefois ou sur l'onglet en haut de page. Ils seront également écrits en bleu pour les distinguer des posts du quotidien de la vie d'Emile.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #Lauragais agricole d'autrefois, #Occitan, #Occitanie, #Lauragais

Repost0

Publié le 26 Octobre 2019

Lundi 26 octobre 1959 - Préparer les terres pour l'avoine

Pluie fine - Continué à préparer les terres pour l'avoine, la pluie m'en a sorti. J'ai porté 50 poussins à roux et 50 pour nous de chez Ruffot. Mr Pierre est arrivé.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 25 Octobre 2019

Dimanche 25 octobre 1959 - les saches pour Madame

Beau brumeux - Fini de dépouiller le maïs. Avons donné à Madame 71 saches de 50 kg et 177 saches de 60 kg. Commencé de herser au champ long pour l'avoine

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 24 Octobre 2019

Samedi 24 octobre 1959 - le maïs blanc et le mariage

Vent d'autan - Continué à dépouiller le maïs blanc 34 sacs Mariage d'Edouard J. avec Maryse L. de Montferrand

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 23 Octobre 2019

Près de la cour de la ferme, le crib est prêt à accueillir le maïs récolté.

Près de la cour de la ferme, le crib est prêt à accueillir le maïs récolté.

Grâce aux photos de la famille Nadèse, des photos confiées par Serge et d'un témoignage confié par Aimé, nous llons consacrer quelques posts à la récolte et au stockage du maïs. A suivre ici dans les jours à venir...

Si vous aussi avez des documents, des témoignages, des éléments à ce sujet, n'hésitez pas à nous les adresser pour publication et partage (lauragais@lescarnetsdemile.fr).

Merci à Berthe pour la photo.

Ce post fait partie de la série sur le Lauragais agricole d'autrefois. Vos contributions seront les bienvenues comme rappelé dans ce post-ci : Ecrivons ensemble le Lauragais agricole d'autrefois (cliquer dessus)

Pour retrouver facilement ces posts et les voir dans leur ensemble vous pourrez cliquer sur la nouvelle catégorie du blog : Lauragais agricole d'autrefois ou sur l'onglet en haut de page. Ils seront également écrits en bleu pour les distinguer des posts du quotidien de la vie d'Emile.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #Lauragais agricole d'autrefois, #Occitan, #Occitanie, #Lauragais

Repost0

Publié le 23 Octobre 2019

Vendredi 23 octobre 1959 - une dent arrachée

Beau - Fini de dépouiller le maïs roux. 20 sacs. Eliete est allée se faire arracher une dent chez Duran 1050 F

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 22 Octobre 2019

Jeudi 22 octobre 1959 - la C.A.L et le maïs

Brumeux - Ramassé 21 sacs de maïs à 60 kg à la Perrière. Je suis allé charrier78 saches de maïs pour Jean-Jean de la G. La C.A.L.* a relevé 110 sacs de maïs pour Mr C.

*Coopérative Agricole Lauragaise

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 21 Octobre 2019

Mercredi 21 octobre 1959 - dépouiller le maïs

Brumeux -  nous sommes allés aider à dépouiller à Roou. Fini de ramasser les épis derrière la machine

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 20 Octobre 2019

Mardi 20 octobre 1959 - Bouilleur de cru et eau de vie

Pluie dans la nuit -  Ramassé quelques épis de maïs. Avons fait distiller chez Belinguier à Labastide - 18 litres à 55° à 200 F le litre. Payé 3600 F. 

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 19 Octobre 2019

Lundi 19 octobre 1959 - Maïs encore

Vent d'autan pluie à la nuit - Continué à ramasser du maïs 20 saches

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 18 Octobre 2019

Dimanche 18 octobre 1959 - les travaux du maïs continuent

Vent d'autan plus dans la nuit - Le matin avons monté 50 sacs de maIs sur le galetas de la G. pour nous

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 17 Octobre 2019

Samedi 17 octobre 1959 - 19 sacs au champ du jardin

Vent d'autan - Continué à ramasser du maïs au champ du jardin 19 sacs

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 16 Octobre 2019

Lauragais d'Autrefois (24) : l'âme du vin (se sovenir del vin)

Le temps y est suspendu... Dans la vieille cave, entre ombres et lumières, de vieux pressoirs ou ce qu'il en reste témoignent de l'activité vinicole passée. De l'existence, jadis, de ce vin du Lauragais.

Le bois des vieux tonneaux est sec depuis belle lurette ; la cuve esseulée résonne, vide... Cette odeur si caractéristique des lieux du vin flotte encore un peu dans l'air... On pourrait même s'attendre à voir surgir les vignerons bruyants au coin de la porte déchargeant les comportes... Pourtant au dehors, sur les coteaux, plus un cep de vigne ne subsiste. Ni vendange, ni vendangeurs...

Souvenirs des automnes d'autrefois...

Merci à Laure pour le partage de ses jolies photos.

Ce post fait partie de la série sur le Lauragais agricole d'autrefois. Vos contributions seront les bienvenues comme rappelé dans ce post-ci : Ecrivons ensemble le Lauragais agricole d'autrefois (cliquer dessus)

Pour retrouver facilement ces posts et les voir dans leur ensemble vous pourrez cliquer sur la nouvelle catégorie du blog : Lauragais agricole d'autrefois ou sur l'onglet en haut de page. Ils seront également écrits en bleu pour les distinguer des posts du quotidien de la vie d'Emile.

Cliquez sur les photos pour les agrandirCliquez sur les photos pour les agrandir
Cliquez sur les photos pour les agrandirCliquez sur les photos pour les agrandir

Cliquez sur les photos pour les agrandir

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #Lauragais agricole d'autrefois, #Occitan, #Lauragais, #Occitanie

Repost0

Publié le 16 Octobre 2019

Vendredi 16 octobre 1959 - derrière la machine

Vent d'autan - Ramassé 25 saches de maïs derrière la machine au champ du jardin

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 15 Octobre 2019

Jeudi 15 octobre 1959 - 21 sacs de maïs oublié

Vente d'autan - Ramassé des épis de maïs que la machine avait laissé 21 sacs

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 13 Octobre 2019

Mercredi 14 octobre 1959 - ce maïs que la machine avait laissé

Vent d'autan - Ramassé 19 sacs de maïs que la machine avait laissé

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 13 Octobre 2019

Mardi 13 octobre 1959 - les 320 sacs de maïs

Beau - Fini à 2 heures de ramasser le maïs avec la machine - 320 sacs

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 12 Octobre 2019

Lauragais d'Autrefois (23) : retour sur les vendanges, le truèlh, las gaspas e l'enfonilh

Nous avons évoqué récemment les vendanges (voir article ici) , voici grâce aux souvenirs d'Aimé B. l'avant et l'après vendanges avec des éléments que l'on retrouve souvent dans les carnets d'Emile mais de façon moins détaillée.

Merci Aimé, encore une fois, d'avoir pris le temps de nous faire part de vos souvenirs.

        

"Avant les vendanges, préparer la cuve...

Les cuves en ciment étaient rares. Avant d'y déposer le produit des vendanges, il fallait préparer la cuve. D'abord il était nécessaire de la laver. Pour les cuves en bois, les plus nombreuses, il était nécessaire quelques jours avant de les mettre à tremper. En effet, elles étaient faites de lames de bois posées côte à côte (les douelles), et fabriquées grâce au savoir-faire d'un tonnelier, mais avaient séché depuis l'année précédente. Il fallait donc faire gonfler le bois pour assurer l'étanchéité de la cuve. Chacun avait sa technique pour les mouiller : pompe à sulfater, balai, sacs de jute (saches) humides posés dessus.

Devant le trou du robinet on posait un tampon de paille, calé avec une grosse pierre pour éviter qu’un grain de raisin ne vienne obstruer le robinet.

 

Après la vendange et la fermentation...

Couler le vin, décuver : C'était l'action qui consistait à tirer le vin de la cuve après un temps de fermentation. Le moment venu était décidé par le paysan seul en fonction du temps et de l'estimation qu'il faisait de l'avancée de la fermentation. Par un gros robinet sur le côté inférieur de la cuve, on récupérait le vin dans une comporte,. Avec une pompe à vin ou le plus souvent avec un décalitre, on vidait le vin dans la barrique (muid, demi-muid...) grâce à un entonnoir (l'enfonilh en occitan) posé sur le dessus. ça sentait bon le vin nouveau et de temps en temps, il fallait le goûter, c'était l'un de nos plaisirs simples de cette saison.

      

Une fois le vin tiré de la cuve , par précaution on enlevait avec le croc à fumier une petite couche du raisin (las gaspas) qui pouvait être moisi au contact de l’air. On rentrait ensuite dans la cuve non sans s'être assuré avec le briquet que l’air à l’intérieur de la cuve était bien respirable. Après avoir remis en place l’échafaudage qui avait servi au remplissage et avoir posé dessus deux ou trois comportes, avec une fourche ou autre outil, on les remplissait en tassant un peu pour réduire le volume.

On ne laissait rien dans la cuve mais on ne la lavait pas, il fallait laisser cette pellicule de tanin, accrochée à la paroi pour protéger le bois, jusqu'à l’année suivante. (La vendange etait devenue du Marc)

 

Le pressoir (le truèlh)

Dans le Lauragais, quelques agriculteurs avaient un pressoir à cliquets que les voisins utilisaient  comme, d'ailleurs,  le matériel de battage. il était monté sur roues équipées d’un timon type charrette pour la traction animale. Il fallait aller le chercher quand on en avait besoin, en accord avec le propriétaire, qui venait pour manipuler ce pressoir.  

Pour le remplir, il fallait monter le mécanisme de vissage, enlever les cales, la demi-lune et le remplir avec les comportes que l’on venait de sortir de la cuve. Il ne fallait pas attendre top longtemps et bien l’éparpiller de façon homogène puis poser les deux cales demi lune, de chaque cotées de la vis.  Et, par-dessus, on posait les autres cales, en croix. Le mécanisme comprenait entre autre deux cliquets pour visser, (et pour dévisser il fallait tourner les cliquets) avec la barre et un mouvement de va-et-vient pour faire couler le jus qui restait dans les grappes (las gaspas). Pas trop vite, il fallait laisser faire doucement, pour récupérer le maximum.

Pour vider, on tournait les cliquets, et par le même mouvement de va-et-vient, le mécanisme se dévissait.  On enlevait l’ensemble des cales, on démontait les claies tenues par un système de crochets et on récupérait le marc de raisin.

On prenait soin de le ranger dans des comportes, bien tassé, pour le porter au bouilleur de cru.

 

L’alambic : Distiller consiste à faire bouillir (Bouilleur de cru) de la matière alcoolisée. Transformée en vapeur,  il fallait la faire refroidir dans un serpentin enroulé dans l’eau froide et le miracle se produisait. L'eau de vie, la gnole ou l'aigardent comme on disait en occitan était là.  On apportait non seulement le marc mais aussi son bois.

A l’alambic il n’y avait pas que ça, il y avait de la braise, pour faire des grillades, on n’allait pas à l’alambic, sans prendre un bouteille de vin nouveau. Il y avait beaucoup de visiteurs curieux, qui venait voir, goûter, profiter du parfum, refaire le monde ou même pour certains trafiquer un peu mais ça c'est une autre histoire...."

 

Merci à Laure P. pour la photo des vendanges en Lauragais et à Aimé pour le schéma du pressoir  vis qu'il a commenté.

Ce post fait partie de la série sur le Lauragais agricole d'autrefois. Vos contributions seront les bienvenues comme rappelé dans ce post-ci : Ecrivons ensemble le Lauragais agricole d'autrefois (cliquer dessus)

Pour retrouver facilement ces posts et les voir dans leur ensemble vous pourrez cliquer sur la nouvelle catégorie du blog : Lauragais agricole d'autrefois ou sur l'onglet en haut de page. Ils seront également écrits en bleu pour les distinguer des posts du quotidien de la vie d'Emile.

 

Lauragais d'Autrefois (23) : retour sur les vendanges, le truèlh, las gaspas e l'enfonilh

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #Lauragais agricole d'autrefois, #Occitan, #Occitanie

Repost0

Publié le 12 Octobre 2019

Lundi 12 octobre 1959 - les cabosses

Beau - Ramassé des cabosses au champ du jardin. Commencé à 5heures de ramasser du maïs avec la machine de Ernest F. du Segala

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0

Publié le 11 Octobre 2019

Dimanche 11 octobre 1959 - une fête d'automne

Beau frais - Nous sommes allés avec Henriette à la fête au Mas. Papa est allé ramasser du maïs à la G.

Voir les commentaires

Rédigé par Emile

Publié dans #emploi du temps

Repost0