Vivre à la métairie en 1957

Publié le 15 Mai 2017

Vivre à la métairie en 1957Vivre à la métairie en 1957
Vivre à la métairie en 1957
Vivre à la métairie en 1957Vivre à la métairie en 1957

Quatre générations vivent à la métairie dans le lauragais audois : chaque membre de la famille contribue à l'économie familiale. Une femme est dévolue à la cuisine, une autre s'occupe des nombreux animaux qu'on élève pour se nourrir et compléter les revenus, le père d'Emile s'il participe aux travaux des champs veille aussi avec beaucoup d'attention au potager d'une dimension considérable car on consomme ce que l'on produit.

Les récoltes sont partagées à moitié avec le propriétaire de la terre. La famille d'Emile est une famille de miejaïres, c'est ainsi qu'on appelait les métayers en occitan (ceux qui partagent à moitié). Le jardin potager, les animaux, le travail des champ encore peu mécanisé, le tracteur ne fera son apparition dans la cour de la ferme que vers 1959.

Emile délivre au quotidien et d'une plume factuelle la vie de travail de tous les siens. Ainsi n'y exprime-t-il jamais ses émotions car ses carnets tiennent lieu de journal de bord de l'exploitation, de mémoire écrite familiale qu'on consulte à intervalles réguliers à la recherche de la date des semis, de l'achat ou du ferrage des boeufs, de la venue du vétérinaire ou d'un événement particulier tel que mariage ou décès...

Rédigé par Emile

Publié dans #Lauragais, #Tradition

Repost 0
Commenter cet article