Le métayage dans le Lauragais en 1957, l'histoire d'Emile

Publié le 27 Août 2017

Du Lauragais (photo Bruno Alasset)

Du Lauragais (photo Bruno Alasset)

Au moment où Emile rédige ses carnets, en 1957, le métayage est un mode de faire-valoir des terres en important déclin. Cela dure depuis le début du XXe siècle et s'est accéléré en 1947 avec la mise en œuvre du statut du fermage et du métayage. Selon l'INSEE, en 1954, le "bail à colonat paritaire" ne concerne plus que 3,2 % des exploitations agricoles.

Cela rend le témoignage d'Emile, à travers ses carnets, encore plus précieux. On y trouve des éléments de l'emploi du temps d'Emile et de tous les membres de sa famille car chacun a un rôle précis à jouer dans le labeur quotidien.

Les années 1950 constituent une période de modernisation intensive et accélérée de l'agriculture. A travers les carnets d'Emile, on voit comment une exploitation basée sur un mode de faire-valoir déclinant et assortie (empesée ?) d'un certain nombre de pratique héritées de la tradition vit sur un rythme lent et différent des autres.

L'exploitation est grande de 31 ha. Dans ce type de contrat, il est prévu que "le possesseur d'un bien rural le remet pour un certain temps à un preneur qui s'engage à le cultiver sous la condition d'en partager les produits avec le bailleur". (art L462-1 du Code Rural)

Le contrat de la famille d'Emile concerne évidemment les produits de la terre mais également la vigne. Dans d'autres contrats de ce type, on pouvait trouver la mention de paniers de légumes hebdomadaires, des canards gras. Ce n'est pas le cas ici, Joseph le père d'Emile a négocié le contrat strictement. Il est seulement prévu, hors contrat et contre rémunération, d'élever annuellement un cochon pour la famille du bailleur, on leur prépare aussi les salaisons.

Dans une exploitation où foisonnent les tâches relatives à la terre, à l'élevage mais aussi au très grand potager ou encore à la vigne, chaque membre de la famille a son rôle à tenir et ses tâches propres pour que soit prospère ou du moins correcte l'économie familiale.

C'est ce que, chaque jour, Emile a consigné dans ses carnets et qui nous parvient à travers les décennies...

Un soir dans le Lauragais (Photo Bruno Alasset)

Un soir dans le Lauragais (Photo Bruno Alasset)

Rédigé par Emile

Publié dans #Métayage

Repost 0
Commenter cet article

Philippe 25/05/2017 09:30

Après avoir entendu un commentaire très positif sur France Info, j'ai jeté un coup d'oeil sur Les Carnets d' Emile. Très bien fait. Indépendamment de l'intérêt du contenu, je suis particulièrement étonné de la qualité générale de l'expression écrite d' Emile, même si quelques fautes apparaissent ici ou là.
Quant au commentaire, il est très soigné,en tout cas pour ce que j'en ai lu. Je me permets cependant de faire remarquer un problème de structure de phrase dans le 3è paragraphe du carnet publié le 18 mai 2017 et débutant par: "Les années 1950 constituent...de l'agriculture.
A travers le carnets d' Emile, on voit comment une exploitation...la traversent sur un rythme lent et différent.
Je suppose que, dans l'idée, l'auteur a voulu dire: " On voit comment une exploitation basée sur un mode de faire-valoir déclinant est empesée d'un certain nombre de pratiques héritées de la tradition."
Mais cela ne m'empêchera pas de continuer ma lecture !
Cordialement.

Syndicat 25/05/2017 10:24

Bonjour,
je vous remercie pour votre intérêt, votre lecture attentive et vos encouragements.
Effectivement, cette phrase mérite quelques pansements structurels... Merci pour votre acuité.
Bonne lecture et à bientôt
Sébastien